Mauritanie : accusé de montage financier frauduleux, Cheikh Ridha perd son actif minier

0
Cheikh Ridha

Le tribunal de commerce de Nouakchott a décidé de la mise en liquidation du permis minier de la Mauritano-Saoudienne de phosphates (MSP) dont le principal détenteur est le duo Cheikh Ridha Nagi/ famille Sahraoui, propriétaire du groupe Ahmed Salem Mohamed Lemine (ASML) dont l’activité s’étend secteur du BTP aux mines en passant l’immobilier et le secteur bancaire.

Le tribunal a décidé ainsi pour éponger les dettes de Cheikh Ridha – accusé de  montage financier frauduleux –  vis-à-vis des ses créanciers. Il s’agit là  de la mise en liquidation d’un permis qui donne accès à un gisement de phosphates d’un potentiel estimé à 165 millions de tonnes.

Le permis de phosphate de Bofal situé dans le sud de la Mauritanie  – car c’est bien de ce permis qu’il s’agit – appartenait à l’origine à la famille Abdallah, l’une des plus grosses fortunes de la Mauritanie, avant d’être ré-attribué à la société indienne Bofal Indo Mining Company (BIMC) sous l’ère Mohamed Ould Abdel Aziz et enfin à la Mauritano-saoudienne de phosphates.

Ridha, l’érudit devenu tristement célèbre, comptait sur le démarrage des activités de la MSP et des rentrées d’argent liées à la vente du phosphate pour rembourser ses créanciers. Peine perdue puisqu’il ne tâtera jamais la couleur de l’argent que rapportera l’exploitation du gisement  de Bofal dont il rêvait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here