Mali: la troïka de la CEDEAO reçoit une gifle de l’imam Dicko

2
La solution CEDEAO, trop simpliste pour résoudre la crise malienne ?

La situation se complique au Mali. Dépêchée sur les lieux pour rétablir le dialogue, la délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est vu faire l’objet d’un communiqué -fatwa du Mouvement du 5 Juin 2020 – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), coalition hétéroclite regroupée sous la bannière de l’imam Mahmoud Dicko. “… c’est avec surprise et étonnement que le M5-RFP a pris connaissance, dans les médias et sur les réseaux sociaux, d’un communiqué de presse de la mission qui ne tient aucunement compte de la source de tous les maux et de toutes les crises du Mali, à savoir la mauvaise gouvernance, la corruption et la violation des principes républicains et démocratiques dont le Président Ibrahim Boubacar Keita est le seul et unique responsable…”, lit-on dans le texte rédigé par les manifestants.

Dans son communiqué, la délégation de la CEDEAO avait, rappelons-le, «invité » le gouvernement à « reconsidérer les résultats de toutes les circonscriptions» lors des dernières législatives. « De nouvelles élections partielles pour les circonscriptions concernées devraient être organisées dans les meilleurs délais », avait-elle ajouté, réduisant la crise politique actuelle du Mali à une contestation électorale.

D’où le courroux des partisans de l’imam qui rejettent en bloc la proposition d’élections partielles brandie par la CEDEAO, proposition qui,  “outre sa totale illégalité, occulte la teneur des conclusions du 18 octobre 2018” lors de la rencontre entre la délégation ouest-africaine et les représentants du Mouvement du 5 juin. Dans les circonstances actuelles, aucun gouvernement, même d’«union nationale» dont le M5-RFP n’est ni demandeur, ni preneur ne saurait résoudre les problèmes du Mali.

Aussi, le M5-RFP dit réitèrer sa demande de démission du Président Ibrahim Boubacar Keita et son régime tout en s’engageant “à mettre en œuvre tous les moyens légaux et légitimes pour l’atteinte de cet objectif qui seul peut aujourd’hui sauver le Mali”.

Du côté du camp du pouvoir, la lecture est tout autre. Jeudi, le président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, avait mis en garde ceux qui seraient tentés de céder aux pressions de la rue. « La logique » de ces manifestations, c’est « d’ébranler toutes les institutions. “C’est le Mali qui sera complètement occupé par les jihadistes. Beaucoup (de ceux) qui marchent sont avec les jihadistes », avait-t-il déclaré en séance plénière, rejetant lui aussi l’idée d’élections partielles.

La mission de la CEDEAO dépêchée par le président en exercice, Mahamadou Issoufou du Niger, était conduite par le ministre des Affaires étrangères du Nigeria, Geoffrey Onyeama, ses homologues du Niger et de la Côte d’Ivoire, Kalla Ankourao et Ally Coulibaly, ainsi que le président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, de nationalité ivoirienne.

2 Commentaires

  1. Ce n’est pas la première fois que le Mali et les maliens font un doigt d’honneur à la cedeao.
    Souvenez vous de l’épisode du coup d’état qui a propulsé le capitaine haya Sanogo, les différentes tentatives de la cedeao pour une transition et la remise du pouvoir aux civils en son temps ont subi un courroux et des levées de bois verts de la part des autorités politiques toutes tendances confondues.
    La cedeao du moins les émissaires furent des avoués avec des slogans du genre “abat la cedeao” “le Mali aux maliens et d’autres amabilités dont seules les maliens ont le secret.
    La suite nous la connaissons le déclenchement des mouvements seccessionnistes, les revendications ethno tribales et religieuses à travers l’apparition de soit disant djihadistes.
    Il est bien de noter que le président ibk a signé un pacte avec le “diable” dicko pour être au pouvoir, il en paye le prix.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here