Covid-19 : le Sénégal annonce 3 mesures fortes pour limiter le préjudice économique

0
Le Sénégal pourrait perdre jusqu'à 1,5 point de croissance, a précisé Amadou Hott, ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération au cours d'un point de presse organisé jeudi 19 mars 2020. Photo @FinancialAfrik.

Par Ibrahima Dia Junior, Dakar.


En plus d’un fonds initialement créé d’une enveloppe de 1,4 milliard de FCFA (2,1 millions d’euros), le Sénégal a pris 3 nouvelles mesures pour atténuer les effets négatifs du coronavirus sur son économie. Il s’agit de la mise en place d’un Fonds de Riposte et de Solidarité contre les effets du COVID- 19 dénommé « FORCE-COVID-19 ». Ensuite de la création d’un comité de croissance et de veille économique COVID-19. Et enfin de l’élaboration d’un plan de contingence suivant l’évolution de la pandémie pour un montant de 64 milliards de FCFA (97,6 millions d’euros).

Ce plan est financé essentiellement par le budget de l’Etat et par la contribution des partenaires au développement. En marge d’un point de presse, tenu, jeudi 19 mars à Dakar, le ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, a soutenu que son département va travailler en étroite collaboration avec tous les acteurs de l’économie pour limiter les dégâts du virus. Dans cette optique, souligne-t-il, la taille du fonds dépendra des besoins identifiés sur la base des études, évaluations et enquêtes conduites par les différentes structures de l’Etat. Par la suite, informe le ministre, des concertations avec les principaux acteurs de notre économie et nos partenaires seront lancées incessamment.

Le ministre de l’Economie a précisé que «ce fonds proposera une batterie de mesures notamment en termes d’accompagnement des secteurs affectés par l’épidémie, tels que le Tourisme, le Transport aérien (Air Sénégal, Aéroport international Blaise Diagne (AIBD)), les chaînes d’approvisionnement du commerce formel, informel et de l’industrie dans le sens de préserver les répercussions sociales de la crise». Par ailleurs, poursuit le ministre, le Gouvernement du Sénégal, en coordination avec les Ministres en charge de l’Economie et des Finances de l’Union, travaillent avec les institutions sous-régionales (BCEAO, UEMOA, BOAD) pour identifier une forme de soutien aux Etats et au secteur bancaire de l’Union. «Nous tiendrons incessamment une réunion du Conseil des Ministres de l’UEMOA pour examiner les mesures d’accompagnement des institutions de l’Union», a-t-il ajouté.

Évoquant le secteur privé, Amadou Hott a laissé entendre que les banques vont octroyer des facilités aux entreprises et aux opérateurs les plus affectés. Pour rappel, la Commission Économique Africaine (CEA), a indiqué que le continent africain pourrait voir sa croissance dégringoler de 3,2% à environ 1,5% en 2020. Sur la même lancée, les autorités sénégalaises annoncent une perte d’environ 1,5% de point de croissance pour cette année (donnée qui sera réactualisée). Le Sénégal fait partie du top 5 africains les plus touchés par le coronavirus avec au compteur 36 cas. Le pays ouest-africain est derrière le Maroc (58), l’Algérie (82), l’Afrique du sud (116) et l’Egypte (210).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here