Sénégal : les Pays Bas connectent les PME et start-up du numérique à l’international

0

De l’éducation à la santé, en passant par l’agriculture, l’élevage, l’administration électronique, les transports, les services, le Sénégal ne compte plus ses start-up. L’engouement des investisseurs en était tel qu’en 2018, 20 millions d’euros ont été injectés, à en croire le rapport publié par le fonds d’investissement Partech Africa. Et pour les aider à mieux se vendre à l’étranger, un projet financé par les Pays Bas et dénommé NTF IV a mis sur la table 1,7 millions d’euros. Rencontre avec le coordonnateur Diabel Ndaw à Dakar par Ousmane Gueye

D’un salon à un autre, Diabel Ndaw, toujours collé à son téléphone pour ne louper aucune opportunité, enchaîne les tribunes pour donner plus de visibilité aux PME et start-up sénégalaises. Enfant du pays où il fait son cursus avant de s’expatrier en France et travailler pour de grandes sociétés comme Unilog spécialisée dans le conseil et les services numériques, la Banque Postale ou encore Aéroport de Bordeaux, il connaît bien la valeur du numérique au Sénégal et l’intérêt qu’il suscite à l’étranger. Depuis novembre 2017, l’ancien responsable du service TIC à l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX) et par ailleurs auditeur qualité ISO 9001-2015, coordonne le projet NTF IV qui est un programme d’appui au développement du secteur des Technologies de l’Information et de la Communication et de l’exportation des services informatiques. D’une durée de quatre ans, le NTF IV, financé par le ministère des affaires étrangères des Pays Bas, est doté de 1,7 million d’euros. L’idée est d’assurer un accompagnement aux PME et start-up dans leur développement avec comme focus, le renforcement de leur compétitivité commerciale à l’international.

80 PME et start-up choisies à l’issue d’un processus de sélection

Exécuté par le Centre du Commerce International (en collaboration avec l’Organisation des professionnels des TIC et l’Agence sénégalaise de promotion des exportations représentant le ministère en charge du commerce et des PME, le projet  accompagne 80 PME et start-up sélectionnées suite à un appel à candidatures lancé au début du projet et largement relayé dans le secteur. Les candidats devaient fournir des informations détaillées sur leur structure, les services et solutions proposées, l’état de leur business (interne et à l’export) et la projection sur les années à venir.

Les bénéficiaires ont été retenus en fonction de leur potentiel à l’export ou de la maturité du projet/de l’idée afin de leur offrir un portefeuille de services adapté. Bien arrimé sur la stratégie Sénégal Numérique 2025, le projet NTF IV appuie les acteurs locaux à deux niveaux. Il s’intéresse aux structures d’appui aux PME et start-up dont l’Organisation des professionnels des TIC et l’Agence sénégalaise pour la promotion des exportations dans le but de les aider à avoir un portefeuille de services en cohérence avec les besoins d’un secteur dynamique et mouvant, mais également en collaboration avec les autres acteurs de l’écosystème. Les principales cibles, à savoir les entreprises visées par le projet, sont directement adressées pour renforcer leur compétitivité commerciale et leur assurer une promotion en dehors du Sénégal à l’occasion de rencontres internationales sur le digital où elles obtiennent des stands et prennent la parole, dans les plénières, mais surtout saisissent les opportunités de rencontres d’affaires durant ces événements.

Une stratégie bien réfléchie pour garantir leur notoriété

Selon Diabel Ndaw, l’accompagnement de ces jeunes acteurs de l’économie numérique sénégalaise à l’international commence d’abord par l’appui qui leur est donné pour élaborer ou formaliser une stratégie de développement international et se poursuit par la promotion sur les marchés à l’international (annuaires des PME et des start-up avec des données qualifiées  pour susciter l’intérêt des partenaires, clients et autres investisseurs), l’organisation de missions dédiées à décrocher de potentiels clients à l’étranger avec notamment les missions de prospection dans la sous-région (marché prioritaire et presque naturel pour nos PME), mais aussi la volonté de s’appuyer sur les relais que constituent nos représentations diplomatiques à l’étranger. Et après deux ans de mise en œuvre, il se dit plus que jamais fier après une «évaluation à mi-parcours auprès des bénéficiaires et parties prenantes montrant des réalisations concrètes avec un effet immédiat sur le business des PME accompagnées ». Mais ce que l’enquête a le plus fait ressortir, c’est «la prise de conscience que les PME et start-up ont compris la nécessité d’élaborer leur stratégie de développement pour se donner toutes les chances d’un développement durable plutôt que la «stratégie opportuniste» du coup par coup», constate-t-il. 

Un environnement favorable au secteur numérique

La validation et le lancement de la stratégie dite d’exportation des services IT/BPO actés, Diabel Ndaw est convaincu qu’un socle est en train d’être posé d’autant plus que l’environnement numérique du Sénégal est déjà très favorable avec un engagement de l’Etat de plus en plus affirmé. En plus de ce qui a déjà été réalisé en termes de stratégies (promotion à l’étranger et Sénégal Numérique 2025), le Sénégal a mis au point différents projets comme la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide doté d’un montant de 30 milliards de francs CFA, le Fonds d’Investissements Stratégiques, le Fonds de garantie des investissements prioritaires, sans compter les autres mécanismes classiques de financement comme les agences et les banques, pour le financement de l’économie, entre autres préoccupations. «La volonté affichée par l’Etat et le rôle moteur qu’il s’attribue avec la mise en place de la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide, le démarrage du Parc des Technologies Numériques avec un financement évalué à plus de 70 millions d’euros, la mise en place du Conseil du Numérique, sont autant d’actions sur lesquelles le comité de pilotage de la stratégie d’exportation des services va s’appuyer pour gagner le défi de la mise en œuvre de la stratégie dédiée au développement du numérique avec un focus à l’international», se réjouit Monsieur Ndaw.  Par ailleurs, en 2018, les levées de fonds chez les start-up ont atteint les 20 millions d’euros selon le rapport du fonds d’investissement Partech Africa où le Sénégal occupe une bonne place en Afrique avec un montant à l’échelle du continent estimé à plus d’un milliard d’euros levé par 146 start-ups dans 19 pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here