Le Cameroun et le Tchad font le point sur les projets intégrateurs

0

Les délégations des deux pays d’Afrique centrale ont planché sur leur coopération bilatérale avec en toile de fond, la réalisation des projets intégrateurs.

Par Achille Mbog Pibasso

Pas moins de quatre jours auront été mis à contribution pour les deux pays de faire un état des lieux de leur coopération à la faveur de la visite travail effectuée du 10 au 14 janvier 2020 par une délégation tchadienne conduite par le ministre de l’Economie et de la Planification du Développement, Issa Doubrane alors que la partie camerounaise était conduite par le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire Alamine Ousmane Mey.

Principal sujet évoqué, la restitution des travaux d’experts relatifs aux projets routiers intégrateurs reliant les deux pays. Il s’agit notamment du projet de construction du pont sur le Logone entre les localités de Yagoua (Cameroun) et Bongor (Tchad) qui viendra en appui au pont Kousseri-Ndjamena qui ploie sous un énorme trafic, le projet d’extension du chemin de fer du Cameroun vers le Tchad ainsi que le projet d’interconnexion énergétique.

En vue de faciliter les échanges commerciaux et d’accélérer l’intégration communautaire au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), le Tchad dépourvu de façade maritime utilise les ports de Douala et de Kribi où transitent plus de 80% du volume de marchandises destinées à l’exportation et à l’importation.

Toutes choses qui nécessitent le renforcement des voies de communication, ce qui du reste, a amené des experts d’identifier les tronçons devant faire l’objet de réhabilitation pour fluidifier les échanges. Il s’agit de l’axe Ngaoundéré-Garoua-Maroua-Kousseri-N’Djamena-Kelo-Moundou-Touboro-Ngaoundéré.

En plus des financements propres, le Cameroun et le Tchad bénéficient de l’appui des bailleurs de fonds, notamment la Banque mondiale (BM) la Banque africaine de développement (BAD) et l’Union européenne (EU). Dans ce sillage, le don de 19 milliards de FCFA octroyé par l’UE est déjà disponible tandis que la BAD a également accordé un prêt et un don de 3  milliards de FCFA pour la réalisation des études de faisabilité du projet de prolongement du chemin de fer Ngaoundéré-Ndjamema.

Pour ce qui est du projet d’interconnexion des réseaux électriques, certaines études sont disponibles alors que les autres seront prêtes au premier trimestre 2020 permettant ainsi de boucler le financement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here