L’éditorial de Henri Claude OYIMA

0
Henri-Claude Oyima, PDG du Groupe BGFIBANK: "la confiance est l'actif le plus précieux pour une banque".

Le Président Directeur Général du Groupe BGFIBank s’est exprimé dans les colonnes du numéro 62 du mensuel Financial Afrik pour analyser la situation du secteur bancaire en Afrique.

Une banque résiliente en Afrique ?
L’exemple du groupe BGFIBank

Dans un contexte macro-économique compliqué, marqué ces dernières années par un fort ralentissement de la croissance et les fortes contraintes réglementaires, fiscales et administratives, les banques africaines ont su résister et montrer leur capacité de résilience. Les banques africaines n’ont cessé en effet de se réinventer depuis, avec une accélération marquée ces dernières années sous l’influence des mutations technologiques. D’ailleurs les récentes analyses financières classent le marché africain au rang de second marché au monde en termes de croissance et de profitabilité avec un taux d’environ 8,5% par an entre 2017 et 2022.

Dans nos économies africaines où le taux de bancarisation est historiquement faible, la banque résiste notamment du fait que la population invente sa propre façon de consommer le service bancaire. Cela tient entre autres à l’essor du téléphone portable dont le taux d’équipement est supérieur à 80%. Ces usages permettent à la banque africaine de sauter des étapes pour proposer des services intuitifs et sécurisés. Et nous n’en sommes qu’au balbutiement sur ce marché.

En la matière, les technologies digitales ouvrent de nouvelles opportunités, elles permettent de proposer des services plus simples, plus fluides et d’automatiser certaines tâches. Dès lors, la transformation de la banque se fait dans un schéma de collaboration, et non d’opposition, avec les fintechs dans une relation qui stimule la banque et la pousse à se réinventer et développer des services différenciants. Dans cette quête d’amélioration de l’expérience client, la solution est dans le partenariat que la banque développe avec les fintechs. Par ces nouvelles collaborations, par la conquête possible des populations non bancarisées, et l’ancrage dans les économies locales, l’avenir de la banque en Afrique à court, moyen et long terme est radieux. Mais parmi les acteurs du secteur bancaire, seuls ceux qui prennent les devants survivront et seront les gagnants ; en part de marché, en expérience et résilience. Il s’agit notamment de ne pas opposer la banque traditionnelle et la banque digitale, mais de les associer. Car la banque de demain sera digitale et humaine. Digitale pour les services du quotidien. Et humaine pour les projets et les conseils. Tout cela conditionne la création de l’actif le plus précieux pour une banque: la confiance. La confiance que ses clients et l’ensemble de ses parties prenantes (stakeholders) lui portent et qui lui permet, même quand le contexte économique est a priori défavorable, de résister et de continuer à se développer.

La force de la banque qui explique sa résilience dans un monde de disruption et de vitesse, réside en effet dans la confiance et la relation durable avec ses clients. BGFIBank en est la preuve. Le Groupe BGFIBank a fait la preuve depuis plus de 45 ans, de la solidité de son modèle, confortant au passage son statut de leader dans la sous-région. BGFIBank a été distinguée lors des Trophées African Banker 2019. Par ce prix, nos équipes et en particulier les membres du Conseil d’Administration sont honorés de toujours hisser haut le Groupe à un niveau d’excellence de qualité de services et de solidité financière. Les derniers très bons résultats de l’exercice 2018 parlent d’eux-mêmes : hausse de son total de bilan (+ 5 %), de ses crédits à la clientèle (4 %), des dépôts de sa clientèle (5 %), de sa situation nette (+7%)… Au final, le résultat net du dernier exercice (2018) du Groupe BGFIBank a enregistré une augmentation (6%) par à rapport à l’exercice antérieur. En définitive, la transformation est la clé. C’est là que se trouve pour une banque le secret de sa résilience.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here