La RDC et le CONGO bientôt reliés par un projet multidirectionnel «pont-route-rail»

0

Une table ronde est prévue en juin 2019 en vue de mobiliser des fonds devant permettre le financement d’un projet multidimensionnel « pont-route-rail» reliant Brazzaville et Kinshasa.P

Les pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) se retrouveront en juin prochain à Brazzaville, au Congo, autour d’une table ronde sous-régionale destinée à mobiliser 270 milliards F CFA pour la mise en œuvre du projet « pont-route-rail » entre Brazzaville et Kinshasa. Il sera question selon le ministère congolais du Plan, de la Statistique et de l’Intégration sous régionale de construire cette infrastructure multidimensionnelles devant favoriser la circulation des personnes et des biens entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo. Les deux pays dont les capitales respectives Kinshasa et Brazzaville sont séparées par le fleuve Congo font l’objet d’un important flux économique.

D’après les résolutions ayant sanctionné, le 19 février 2019, la première réunion du Comité technique d’organisation, prendront part à la table ronde les pays membres de la CEEAC et les partenaires techniques et financiers du projet « pont-route-rail». Cette réunion technique a également permis d’échanger sur les autres projets intra-communautaires, à l’exemple de l’avant-projet de la route Ouesso-Bangui-Ndjamena devant relier le Congo, la Centrafrique et le Tchad, ainsi que celui de la navigation sur le fleuve Congo et ses affluents Oubangui et Sangha.

La CEEAC  à travers la secrétaire générale adjointe Marie Thérèse Chantal Mfoula, a adressé une demande d’appui pour l’organisation de la table ronde à la Banque africaine de développement (BAD) en sa qualité de chef de file des bailleurs de fonds pour le financement du programme de développement des infrastructures en Afrique centrale dont font partie le projet « pont-route-rail » qui va relier les deux capitales Brazzaville et Kinshasa.

Une préoccupation bien enregistrée par Auguste Karanga, le représentant de la BAD qui a d’ailleurs souhaité que « la mission de haut niveau de la CEEAC, annoncée pour la fin du mois de mai, soit dépêchée à leur siège d’Abidjan, pour échanger sur les modalités pratiques d’organisation de cette table ronde et de fixer les limites ainsi que la consistance de l’appui requis par la CEEAC ». La BAD constitue avec la Banque mondiale (BM) et l’Union européenne (UE), l’un des principaux bailleurs de fonds pour la réalisation du programme d’infrastructures en Afrique centrale dont la finalité est d’améliorer et de renforcer l’intégration sous-régionale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here