Le président Joao Lourenço. Un autre Mr Propre confronté aux faits.
La campagne anti-corruption conduite actuellement au pas de charge par le gouvernement d’Angola risque de souffrir des effets collatéraux du scandale des dettes cachées du Mozambique connu sous le nom de « Tuna Bonds ». Si l’on croit au rapport de la firme d’intelligence EXX Africa,  il y a de sérieux  risques à ce que le gouvernement actuel d’Angola soit rattrappé  par une crise du genre de celle qui a sécoué le Mozambique, affecté par une dette qui atteint 112% du PIB. Pour rappel, le  25 janvier 2019, le Parlement du Mozambique a demandé que l’ancien ministre des Finances du pays, Manuel Chang, soit placé en détention préventive dans l’attente de son extradition vers les États-Unis à la suite de sa récente arrestation dans l’Afrique du Sud, pays voisin.


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis