L’Afrique subsaharienne considérée comme la « Valley de la banque du futur »

0
De gauche à droite : Henri-Pierre Druaut (Onepoint), Hérvé Manceron, Alexandre Maymat (Société Générale) et Yves Eonnet (TagPay)

La Valley où s’invente la banque du futur se trouve en Afrique subsaharienne, selon Yves Eonnet et Hervé Manceron, co-fondateurs de TagPay dans leur ouvrage « Fintech : les banques contre-attaquent».

Pour les auteurs, les banques africaines ont su prendre avantage de la révolution technologique, dans un contexte où « l’essor des fintechs bouscule le secteur bancaire des pays développés ». Ainsi, la banque traditionnelle se réinvente en banque digitale et humaine, indique un communiqué de presse publié mercredi 26 septembre.
Dans leur ouvrage, poursuit la même source, « les auteurs analysent plus particulièrement ce qui a fait les clés de ce succès, en montrant que les fintechs se sont révélées être en Afrique Subsaharienne des outils d’inclusion financière. Ainsi, dans un paysage très faiblement bancarisé (5 à 15% de taux de bancarisation en moyenne dans les pays d’Afrique) mais dont la croissance en terme d’accès aux smartphones est la plus rapide au monde (+350% de progression entre 2007 et 2016), le digital banking constitue la solution à la bancarisation traditionnelle permettant de pallier aux insuffisances en infrastructures bancaires ».
Ils indiquent, par ailleurs, que l’engouement pour les solutions digitales bancaires dans l’Afrique Subsaharienne fait de la région une source d’inspiration pour le reste du monde.
En rappel, les auteurs du livre présenté lors d’une conférence de presse tenue mardi 25 septembre à Paris sont les co-fondateurs de TagPay, une fintech qui opère, via sa plate-forme digitale, dans près de 30 banques dans 18 pays et revendique, à ce jour, plus de 2 millions de comptes clients actifs, et un chiffre d’affaires de 2,9 millions d’euros pour 59,3 millions d’opérations traitées en 2017. L’ouvrage dresse notamment une analyse de la révolution que constitue l’avènement du digital banking.
« En matière d’innovation disruptive, le poids des systèmes installés est un obstacle toujours difficile à franchir pour les banques. L’absence de systèmes existants en Afrique la libère de ces contraintes et lui permet de réaliser ses projets d’inclusion financière. Elle est en train de faire un saut technologique en déployant la banque digitale pour servir ces nouvelles populations. C’est ainsi que l’Afrique invente sous nos yeux, la banque du futur », a déclaré Yves Eonnet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here