Par Antoine Lawson Dans  le prolongement des  mesures  d’austérité prises  pour  réduire  le  train de  vie de l’Etat  gabonais,  le ministre  du  Budget, Jean  Fidèle Otandault,  a  annoncé lors  d’un point de  presse qu’une  taxe  de  3% sera prélevée sur  les  transferts  d’argent  sur  l’étranger, en  plus de  celle  déjà existante. Du simple au  double !.  Depuis  2008,  une taxe de  1,5% sur  les transferts  d’argent en direction de  l’étranger, est prélevée  au  bénéfice de la  Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). La loi datée du 17  décembre 2008  stipule que  « la  taxe sur les  transferts de 


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis