ZLECA: le Sénégal se prépare aux négociations sur les règles d’origine

0

Après le temps des politiques, voici venu celui des experts. Pendant  4 jours, (du 17 au 20 juillet), les acteurs sénégalais du commerce, regroupant  les opérateurs économiques , les entreprises, le secteur privé  , le patronat  ainsi que  les douaniers  vont débattre des aspects techniques de la libéralisation  des  produits   dans  le cadre  la  Zone de libre-échange continentale africaine.

L’accent sera essentiellement mis sur les règles d’origines (RO)  et  le commerce des services. L’objectif de ces assises est d’impliquer  l’ensemble des acteurs du commerce  afin de mieux  défendre les intérêts du Sénégal  dans ce processus de libéralisation.

Lors du premier  jour ,  le  Secrétaire général du ministère du Commerce, de la Consommation, du Secteur informel et des PME , Makhtar  Lah,  a annoncé la libéralisation de  5 secteurs prioritaires. Il s’agit des services financiers ,  des transports ,  de voyage,  des services fournis aux entreprisses et  celui  de la communication.

« La libération de ces 5 secteurs à forte valeur ajoutée, témoigne l’importance qu’accorde le Sénégal à ce  marché commun, qui comptera  2,5 milliards de consommateurs  à l’horizon 2050 », a-t-il souligné.

De son côté, le directeur du commerce extérieur du Sénégal,  Fallou Mbow Fall,  est largement revenu sur  les fondamentaux  du concept  des règles d’origines (RO), qui sont des instruments utilisés pour harmoniser  la  tarification  des différents produits échangés dans cette zone.

Selon le spécialiste en commerce international, les RO sont des excellents indicateurs  qui peuvent renseigner,  si la région a tendance à développer le commerce intra-africain et  la valeur ajoutée industrielle.

Apportant  plus de  détails sur les RO , le responsable a  révélé que , « l’appendice sur les RO est une liste  d’établissements de règles  , qui précise la nature où le niveau de livraison  ou de la transformation suffisante  que la matière non originaire doit  atteindre pour que le produit obtenu soit considéré comme originel ».

Enumérant  certains  critères des  RO, le responsable  a expliqué  que  l’appendice   contient  essentiellement   deux  critères  fondamentaux   à savoir  les critères de produits entièrement obtenu et les critères de changement tarifaires.

Cela permet  aux pays membres, s’ils veulent  fabriquer un produit, d’accorder la priorité aux matières premières  disponibles  à l’échelle régionale avant d’importer.

Et, par conséquent, cela  montre que  les Etats de la ZLECA  sont résolument engagés pour le développement du commerce intra africain, qui pourrait s’accroître de 52,3 % en éliminant les droits de douane à l’importation.

A noter que les chefs d’états  africains ont récemment adopté  dans la capitale mauritanienne, en marge du sommet de l’UA,  les annexes au Protocole sur le commerce des marchandises, le règlement des différends et la liste des secteurs prioritaires sur le commerce des services.

Il appartient  désormais à chaque Etat membre de choisir sa liste de produits  à libéraliser à 90%,  conformément  à son  appartenance  à un espace économique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here