Le président Ali Bongo le sait, la Grèce est sortie sauvée mais endettée après huit ans d'austérité. Trouvera-t-il la bonne recette pour le Gabon?

Le  Projet de loi de finances rectificatives (PLFR) 2018 que vient d’adopter le Gabon en conseil du ministre du 21 juin  est un exercice d’ajustement sévère des dépenses publiques qui n’est pas, toutes proportions gardées et concours massifs de l’Europe et de la communauté internationale en moins,  sans rappeler la Grèce. Premier à  pâtir de ce remède inspiré du rapport récent des travaux de la task force sur la finance publique (qui a réuni plusieurs cadres de l’administration pendant un mois), le président Ali Bongo lui-même, contraint à la réduction du personnel de la présidence. La Primature, le secrétariat général du gouvernement et l’ensemble des  ministères ont été invités à cet exercice d’auto-amputation nécessaire, semble-t-il,  pour la rédemption.


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.


Membre Premium

18 − 15 =

   
Enregistrement d'un nouveau membre
*Champ requis