L’Afrique a besoin de 400 milliards de dollars pour couvrir ses besoins agricoles

0

 

Par Albert  SAVANA.


Le Chef de l’Etat ivoirien , Alassane Ouattara , a procédé, mercredi 06 septembre 2017, à l’ouverture du 7ème forum international de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA).

Entouré de sommités comme le Chef de l’Etat du Liberia, Ellen Johnson Sirlief , le président ivoirien a lancé un vibrant appel aux bailleurs de fonds afin que le continent puisse mobiliser les 400 milliards de dollars qui représentent ses besoins en matière d’agriculture au cours des toutes prochaines années.

 

Les bailleurs de fonds comme les Fondation Rockeffeler, Bill et Melinda Gates, Yara International, Syngenta, Mastercard, l’Ifad, l’Union européenne ou l’Usaid sont interpellées.

Selon le Président ivoirien, les besoins africains en termes de développement agricole sont évalués à 400 milliards de fr cfa au cours des prochaines années.”Sortez vos chèques ” a t-il lancé en guise de boutade en direction des nombreux partenaires du continent.

En 2016, lors de l’avant dernier forum de l’AGRA, les bailleurs de fonds avaient pris l’engagement d’injecter 30 milliards de dollars dans l’agriculture africaine. Des annonces qui ont été suivies d’effets à en croire le Président Ouattara.Le leader ivoirien a aussi profité de l’occasion pour remercier vivement la banque africaine de développement à travers la vision et le leadership de son Président Dr Akinwumi Adesina.

Son passage au poste de ministre de l’agriculture du Nigeria est une aubaine pour l’Afrique selon le Chef de l’Etat ivoirien.La Bad, faut -il le rappeler, a récemment annoncé qu’elle va mettre sur la table 24 milliards de dollars en guise de financements pour des semences de qualité en Afrique.

L ‘idée , c’est de parvenir à mettre en place un secteur agricole inclusif pour l ‘autonomisation des jeunes et des femmes dans le cadre d’une chaîne de valeurs agricoles maîtrisée.
Les perspectives sont donc assez encourageantes pour le continent d’autant qu’un pays comme la Côte d’Ivoire est cité en exemple pour ses performances agricoles, inédites, fruit d’une vision qui date du magistère de feu le Président Felix Houphouët Boigny. Son héritier politique,l’actuel Président Ouattara, a suivi ses pas en impulsant depuis 2012 une politique agricole volontariste, engagée et résolument tournée vers des résultats très probants.

C’est sur cette lancée que le pays occupe aujourd’hui le rang de premier producteur mondial de cacao avec 2 millions de tonnes sur les 4,7 millions  produites à travers le monde. La Côte d’Ivoire est suivie du voisin ghanéen, deuxième producteur mondial de cacao.Le pays de la lagune qui abrite le 7ème forum de l’AGRA est aussi le premier producteur mondial d’anacarde mais aussi de cola.

L’ébernie  est aussi premier producteur mondial d’hévéa. Sous l’impulsion du groupe SIFCA ,la Côte d’Ivoire est aussi premier exportateur africain d’huile de palme, de bananes et de mangues.

Cette vision futuriste dans le domaine agricole est à la base du fait notable qu’en 2016, pas moins de 11 milliards de FCFA ont été redistribués aux agriculteurs ivoiriens.
Cependant, le miracle ivoirien cache difficilement les goulots d’étranglement qui sapent l’essor de l’agriculture africaine.En effet, les modes de production demeurent archaïques et le secteur primaire du continent utilise très peu d’intrants améliorés.

De même, l’accès au foncier reste un casse-tête surtout pour les petits producteurs.S’agissant des sols,sur 30% de terres disponibles, seules 4% sont exploitées comme l’a du reste déploré Mme Ellen Johnson Sirlief.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here