Selon la très informée Lettre d’Affaires, la Commission bancaire de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a, lors de sa dernière session du 27 septembre 2017 à Dakar, octroyé un agrément bancaire à Appollinaire Compaoré.

L’homme d’affaires burkinabé, multi-récidiviste en matière de demande d’agrément, a enfin obtenu gain de cause, soutenu qu’il est par son partenaire technique, à savoir la Banque Régionale des Marchés (BRM), leader ouest africain dans le créneau de la banque d’affaires. Le niveau d’endettement élevé de ses entreprises auprès du secteur bancaire n’est pas sans soulever des questions dans les milieux des hommes d’affaires. Sur quelle base, après avoir autorisé un entrepreneur très endetté à émettre des crédits, la commission bancaire pourrait-elle désormais refuser un dossier d’agrément bancaire ?

 

…Et offre la Banque de l’Habitat à Ebomaf

La Commission bancaire a aussi autorisé, lors de sa session du 27 septembre 2017 à Dakar, la prise de contrôle de la Banque de l’Habitat du Burkina Faso par le groupe Bonkoungou Mahamadou et Fils ( Ebomaf) soutenu par la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS) en tant que partenaire technique. Si le sérieux des propriétaires d’Ebomaf, n’est plus à démontrer, il est en revanche pertinent de se demander dans quelle mesure un entrepreneur, acteur non bancaire, se voit autorisé à prendre le contrôle d’une banque. Les cas Apollinaire Compaoré et Bonkoungou Mahamadou constitueraient aux yeux des observateurs un «dangereux précédent », commente La Lettre d’Affaires. Notons que la BHS du Sénégal, partenaire technique de l’Ebomaf, a eu mailles à partir avec la Commission bancaire ces derniers mois.