Le président Ali Bongo du Gabon.

Au terme de son tout premier conseil des ministres tenu vendredi 25 août, le nouvel exécutif gabonais a annoncé deux projets d’ordonnances autorisant deux nouveaux emprunts d’un montant total de plus de 130 millions d’euros pour le financement de projets.

La première opération devra porter sur 45,7 millions d’euros auprès de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), « en vue de la réalisation du projet de développement des statistiques au Gabon ».

D’un montant de 84.630.000 d’euros, le second emprunt à contracter auprès de la Banque africaine de développement (BAD) est destiné à financer le projet de renforcement de capacités pour l’employabilité des jeunes et l’amélioration de la protection sociale, selon le compte-rendu du nouveau gouvernement. L’institution panafricaine basée à Abidjan avait estimé à 46%, le taux des moins de 25 ans sans emploi au Gabon.

En rappel, le Fonds monétaire international (FMI) avait approuvé en juin 2017, un accord triennal portant sur une aide d’environ de 642 millions de dollars à l’appui du programme national de relance à moyen terme.

Affaibli par la chute du prix du baril de pétrole, le pays avait annoncé en avril 2016, son intention de s’endetter à hauteur de 1.645 milliards de francs CFA de 2016 à 2018. Pour 2017, Libreville s’est fixé un plafond de 440 milliards de FCFA, constitué de 72,7%  d’emprunts extérieurs contre 27,3% d’emprunts intérieurs.