Par Nephthali Messanh Ledy 

2085133lpaw-2085654-article-jpg_3056478_660x287

Le Forum francophone des affaires et la Société des Amis de Turgot ont décerné mardi dernier, le Prix du livre économique francophone à l’ouvrage « L’envol de l’Epervier : le défi de l’émergence togolaise » rédigé sous la direction de Kako Nubukpo, le directeur de la francophonie économique et numérique, par ailleurs ancien ministre togolais de la prospective. 

Remis à Paris par le ministre français de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, et Jean Tirole, Prix Nobel d’économie 2015, ce prix récompense une réflexion qui, selon le jury, « concerne les pays africains qui ont mis en œuvre des plans divers et qui visent à la transformation structurelle des économies ».

Par ailleurs, estime le Forum francophone des Affaires, ce livre – publié en décembre 2016 aux éditions Graines de pensée – « permet de soutenir la réflexion sur les perspectives de développement du continent ».

Outre Kako Nubukpo, on cite Comlan Prosper Deh, Délali Attiopou et d’autres universitaires Togolais au rang des auteurs.

En résumé

Quelles sont les marges de manœuvres dont dispose le Togo, dans un contexte de mutations internes et externes, pour construire une trajectoire optimale d’émergence ?

Le processus d’endettement continu et massif des Etats africains dans les années 1960 et 1970, issu à la fois du paradigme de l’Etat développementaliste et de la mauvaise gouvernance chronique des pouvoirs publics, a débouché sur une impasse.

Ainsi s’explique l’arrivée des Programmes d’ajustement structurel, avec leur lot de déchirement du tissu social depuis les années 1980. La dévaluation du franc CFA, en 1994, a été une histoire d’autant plus douloureuse pour le Togo que le pays n’a pas bénéficié des mesures d’accompagnement mises en place ailleurs car à l’époque il était sanctionné et excommunié par la communauté des bailleurs de fonds pour déficit démocratique ; ce qui met en évidence le caractère multiforme de tout processus d’émergence qui ne peut se résumer à la seule transformation structurelle de l’économie.

Les aspects socioculturels, de gouvernance politique, institutionnelle, sociale et sociétale priment. En tout état de cause, leur articulation permet de définir les tendances lourdes et les germes de changement susceptibles de caractériser les trajectoires possibles, et, parmi ces dernières, de renseigner et d’approfondir celles souhaitées par l’ensemble de la population sur la base d’une vision collective librement définie.

La dynamique impulsée à partir de 2006 par les autorités togolaises, visant une croissance forte et inclusive sera-t-elle suffisante pour répondre aux attentes d’une jeunesse montante en puissance? A lui seul, le défi démographique, dans un contexte de fragilité des écosystèmes naturels et de hausse des insécurités, donne la mesure des réponses à fournir en termes d’infrastructures physiques, d’éducation, de renforcement des capacités humaines, et de création massive d’emploi.

De ce point de vue, si le Togo arrive à se hisser sur une trajectoire pérenne d’émergence, il peut, à divers égards, servir de prototype pour l’ensemble des pays subsahariens.

Tel est le message du présent ouvrage, qui insiste, de par la jeunesse et l’équilibre en genre de ses auteurs, tous togolais, sur le caractère générationnel du devoir d’émergence, illustré par la figure de l’épervier, l’emblème de l’équipe nationale de football, sport fédérateur s’il en est.

Extraits du résumé en quatrième de couverture.