Par Charles Ngah Nforgang,

thumbnail_conteneurs abandonnés

La mesure rentre dans le cadre du respect de l’amendement de la convention internationale sur la sécurité de la vie humaine en mer (Solas) qui entrera en vigueur le 1er juillet.

Le Ministre camerounais du Commerce et celui délégué aux transports étaient dans la capitale économique Douala lundi dernier, pour expliquer la nécessité et l’obligation de peser désormais tout conteneur avant embarquement par les navires.

A les en croire, la mesure rentre dans le cadre du principe des amendements obligatoires à la convention internationale sur la sécurité de la vie humaine en mer (Solas) qui s’impose à tous les pays. Elle vise aussi à éviter les nombreux cas de naufrages de navires porte conteneurs enregistrés ces temps derniers.

Solas institue donc désormais une nouvelle obligation relative à la vérification de la masse brute des conteneurs empotés avant leur chargement à bord des navires.

En effet, jusqu’à présent, les opérateurs économiques déclaraient simplement le poids de leur conteneur sur les manifestes sans aucune vérification de leurs poids. Ils n’hésitaient pas à déclarer  des poids erronés pour réaliser des économies au transport, contribuant à causer des accidents de navires.

« Il ya eu dans l’histoire des cas célèbres de naufrages en mer de navires avec des dégâts importants sur l’environnement, sur l’économie entre autres. L’organisation maritime internationale qui gères ces questions a donc pensé qu’il fallait réglementer au  niveau supra national, d’où cette convention et ledit amendement qui entrera en vigueur le 1er juillet », explique le ministre du Commerce.

Au Cameroun, le Conseil national des chargeurs du Cameroun est chargé d’accompagner les opérateurs à l’arrimage à cette mesure.