Mohamed Abdelaziz, le Secrètaire  Général  du mouvement séparatiste Polisario, est décédé aujourd’hui à l’âge de 68 ans, annonce l’agence algérienne de presse APS. 

En Algérie, le président Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil de huit jours et ouvert la réunion d’un Conseil des ministres par une minute de silence en hommage au dirigeant indépendantiste, a annoncé la télévision.

Né le 17 août 1947 à Marrakech, celui qu’on surnomme Mohamed El Marrakchi avait dirigé le front suite à la disparition du “pro-libyen”  Ouali Mustapha Sayed, mort aux portes de Nouakchott en 1976. Plutôt proche d’Alger, Mohamec Abdel Aziz, incarnait ce front, reliquat de la guerre froide.
Né en 1947, issu de la tribu guerrière des Reguibat, Mohamed Abdelaziz avait participé, en 1972, à la fondation du Front polisario, créé, avec le soutien de l’Algérie, pour défendre l’indépendance de l’ancienne colonie espagnole convoitée par le Maroc et la Mauritanie. Élu « président » de la RASD en 1982, Abdelaziz avait été reconduit en décembre 2015 pour la douzième fois. Avec sa disparition, c’est une nouvelle page qui tourne pour le Sahara. La ligne pure et dure de l’intransigeance doit faire place à une posture moins romantique, plus pragmatique et capable de faire la lecture du rapport de force tant au sein du conseil de sécurité de l’ONU, de la ligue arabe que d’une géopolitique régionale bouleversée par la baisse des cours de pétrole. 

Share Button