Sa force de persuasion fait que dans l’Etat de Kaduna l’on dénombrerait aujourd’hui 12% de chiites. La plupart sont affiliés à son parti, le Mouvement islamique du Nigeria (IMN) dont il est le fondateur et le bailleur de fonds.

image

Cheikh Ibrahim Zakzaky, 63 ans, bénéficie d’un soutien ouvert de l’Iran et alterne depuis trente ans entre la prison (9 années au total derrière les barreaux depuis 1979) et le prêche à l’air libre où dans des mosquées ultra-équipées, sans commune mesure avec la misère ambiante du nord-nigérian.

Ce polyglotte (il parle Haoussa, anglais, perse, arabe et espagnol) qui a introduit le chiisme dans le pays dans les années 80 a été une nouvelle fois arrêté en décembre dernier à Zaria, dans le Nord du pays, lors d’ énièmes échauffourées avec l’armée régulière. Quelque 60 fidèles à Zakzaky sont laissés morts.

L’armée indique s’être défendu contre les radicaux de la milice qui avaient érigé des barricades pour tuer son chef d’Etat-Major. Pour les partisans du mouvement, ce serait plutôt l’armée qui a attaqué la maison de leur guide défendue par une centaine de fidèles..L’incident s’est soldé par l’arrestation du cheikh dont l’allié iranien réclame la libération.

La montée en force de ce chef religieux chiite dans un pays sunnite dans son écrasante majorité n’est pas sans poser des risques sécuritaires à toute l’Afrique de l’Ouest. L’IMN veut établir une république islamique de type iranienne et ne s’en cache guère dans ses prêches enflammés.

L’organisation qui ne reconnaît pas l’autorité de l’Etat Nigérian ne cesse de s’étendre. L’IMN évolue comme un Etat dans l’Etat avec une autorité politique et religieuse, des écoles, des journaux, une station radio (fermée depuis décembre), un système de sécurité sociale et même un code de la famille… Les importants moyens financiers dont dispose cette organisation proviendraient-ils de l’Iran? C’est ce que disent les observateurs et les experts. Le mouvement nie cependant tout soutien financier de Téhéran.

En tout cas, La capacité de mobilisation du cheikh Ibrahim Zakzaky, transfuge du mouvement égyptien des Frères Musulmans, inquiète sérieusement l’Etat fédéral nigérian. Annoncé gravement blessé par balles lors de son arrestation, l’encombrant leader politique aurait-il été évacué en France pour subir des soins?