Regards croisés à Abidjan entre:

 

Christian Adovelande, président de la BOAD
Christian Adovelande, président de la BOAD
Jean Marie Bockel, sénateur
Jean Marie Bockel, sénateur

 

 

 

 

 

 

 

 

L’heure en Afrique est à l’émergence. Auréolé d’un taux moyen de croissance de plus de 5% qui fait pâlir les pays développés, les pays du continent affichent une ambition quasi-commune de s’élever au rang des nations émergentes de la planète. Pour le démarrage officiel de ses activités, le « Club Ubuntu », plateforme régionale d’échanges et de réflexion prospective initiée par l’organisation internationale non gouvernementale (oing) de droit français, Centre d’Etude et de Prospective Stratégique (CEPS), a choisi d’examiner les ressorts et les obstacles à cette émergence.
Ainsi, à Abidjan (Côte d’Ivoire), où est basé le Club Ubuntu, M. Christian Adovelande, président de la Banque Ouest Africaine de Développement (Boad) et le sénateur et ancien ministre français, Jean-Marie Bockel, croiseront leur regard sur «Les conditions et contraintes de l’émergence des pays africains et quels mécanismes mettre en place pour y parvenir», dans le cadre d’un dîner-débat auquel vont prendre part, le mercredi 13 mai 2015, une trentaine d’acteurs majoritairement économiques, mais aussi culturels, sociaux et politiques. « Le continent affiche depuis cinq ans, une belle dynamique de croissance. Mais pour encourageant que cela soit, est-il suffisant pour induire un changement en profondeur de sa courbe de développement ? C’est une préoccupation fondamentale à laquelle, avec nos deux personnes ressources, nous apporterons des réponses à la lumière de nos expériences diverses et variées» explique M. Michel Abrogoua, Délégué régional Afrique de l’Ouest du CEPS et co-président du Club Ubuntu.
Le Club Ubuntu est une plateforme d’échanges à vocation à optimiser les relations entre les acteurs économiques ouest africains. Il est en Afrique, le deuxième club du genre mis en place par le CEPS. Le premier étant le « Club Confluence » basé à Casablanca au Maroc.

Share Button