Fort impact attendu de cette usine pour réduire la dépendance de l’Afrique à l’égard des vaccins importés et soutenir l’égalité d’accès aux vaccins

Il s’agit d’un financement d’envergure en faveur de la nouvelle usine de fabrications de vaccins de l’Institut Pasteur de Dakar, pionnier dans ce domaine en Afrique. Fort impact attendu de cette usine pour réduire la dépendance de l’Afrique à l’égard des vaccins importés et soutenir l’égalité d’accès aux vaccins : production jusqu’à 300 millions de doses de vaccins par an contre la Covid-19 et autres épidémies endémiques. Ce financement reflète la forte mobilisation de la BEI (www.EIB.org) en Afrique, notamment dans le cadre de sa nouvelle initiative BEI Monde (EIB Global) regroupant les activités en dehors de l’Union européenne, en étroite coopération avec les autres institutions communautaires (Team Europe).

Ce jeudi 2 juin 2022, l’Institut Pasteur de Dakar et la Banque européenne d’investissement (BEI) annoncent la conclusion d’un accord de financement de 75 millions d’euros pour soutenir la construction du nouveau site de production de vaccins MADIBA, en présence de M. Ambroise Fayolle, Vice-Président de la Banque européenne d’investissement (BEI), de M. Aliou Ndiaye, Secrétaire Général du ministère de l’Economie du Plan et de la Coopération, du Dr Amadou Alpha Sall, Directeur de l’Institut Pasteur de Dakar et de Mme Irène Mingasson, Ambassadrice, Cheffe de la Délégation de l’UE au Sénégal. Le financement de la BEI joue un rôle important dans la mise en échelle d’une capacité de production de vaccins contre les épidémies, et aussi les infections endémiques dans la région.

La nouvelle usine de l’Institut Pasteur de Dakar est en voie d’achèvement à Diamniadio, ville et zone économique spéciale stratégiquement située entre la capitale sénégalaise Dakar, l’aéroport international et le « Port du Futur » de Ndayane. Le campus ultramoderne comprend une plate-forme de fabrication pour la production de vaccins contre les épidémies, un site de production à grand volume pour les vaccins contre la fièvre jaune et un site de formation pour la production de vaccins de nouvelle génération.

Il s’agit d’un financement d’envergure qui contribuera très concrètement à accroître les capacités de production médicale et de vaccin de l’Afrique contre la Covid-19 et d’autres maladies endémiques, et ainsi réduire sa dépendance de l’extérieur où elle importe à ce jour 99% de ses besoins en vaccin. Une fois la nouvelle usine de production achevée et en pleine capacité, ce sont jusqu’à 300 millions de doses de vaccins qui seront produites chaque année pour le continent africain. Déjà en 2021, conscientes de l’enjeu que représentait cette unité de production, la BEI et l’UE avaient fait un don de 5 millions d’euros aux côtés d’autres partenaires pour réaliser les études de faisabilité technique et de préparation du projet MADIBA (Manufacturing in Africa for Disease Immunisation and Building Autonomy) de l’Institut Pasteur de Dakar, afin d’accélérer la mise en place de ce nouveau site de production de vaccins

« Avoir un niveau de protection différent dans différentes parties du monde ne contribuera pas à mettre fin à la pandémie de COVID-19, ni à contrôler d’autres maladies évitables par la vaccination. La création d’une capacité de fabrication décentralisée de vaccins est essentielle pour remédier à ce déséquilibre et, en fin de compte, construire un monde plus sûr et plus sain. » a déclaré Dr Amadou Alpha Sall,Directeur de l’Institut Pasteur de Dakar. Et d’ajouter : « Il est impératif que nous construisons un écosystème florissant pour la production de vaccins en Afrique afin d’atteindre le niveau de résilience dont nous avons tous besoin. Le développement des capacités dans tous les secteurs pertinents pour la vaccination crée des opportunités significatives d’emploi pour des milliers de jeunes Africains. »

« Je suis très heureux que la BEI soit un financeur clef de l’Institut Pasteur de Dakar. Cette nouvelle usine de production de vaccins est un projet crucial pour la santé publique au Sénégal comme dans l’ensemble du continent africain.  Elle contribue à une meilleure autonomie en matière de production et de distribution de vaccins. » a déclaré Ambroise Fayolle, Vice-Président de la BEI. Et d’ajouter : « Avec BEI Monde, notre objectif est d’agir avec nos partenaires au plus près des besoins des Sénégalais pour soutenir la croissance et l’emploi, améliorer leur quotidien sur des secteurs clefs comme la santé et l’accès aux soins. Ce projet est aussi un élément concret de l’approche commune de l’Union européenne en Afrique, à travers Team Europe. »

« Le projet MADIBA confirme les engagements de l’Union européenne et de la Team Europe, au nom du principe fondamental de solidarité qui nous lie à tous les pays du continent africain, et parce que nous défendons, depuis le début de la pandémie de Covid-19, que personne ne sera à l’abri tant que tout le monde ne le sera pas. Il nous faut donc œuvrer conjointement pour un accès équitable aux vaccins, partout dans le monde. » a déclaré l’Ambassadrice Irène Mingasson, Cheffe de la Délégation de l’UE au Sénégal

Ce financement s’inscrit dans le cadre d’un vaste programme d’investissement européen avec l’Equipe Europe et ses partenaires dont la BEI via sa branche dédiée au développement BEI Monde (EIB Global) est un acteur clef pour soutenir fabrication et l’accès aux vaccins, aux médicaments et aux technologies de la santé en Afrique.

La BEI est devenue l’un des partenaires de développement les plus importants du Sénégal avec un investissement global de près de 900 millions d’euros depuis 1966 pour améliorer les conditions de vie dans les villes et les communautés rurales, stimuler l’économie, aider les entreprises et les petits porteurs de projet, et la société à s’adapter aux changements climatiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here