Jules Samain, Directeur Régional Afrique du fonds GuarantCo

Directeur régional avec une expérience démontrée de travail dans le secteur bancaire, Jules Samain est le directeur régional Afrique du fonds GuarantCo. Rompu à la gestion des risques, des  prêts hypothécaires, des activités bancaires, des prêts sur actifs et de l’analyse de crédit, ce diplômé de la Cass Business School, revient dans cet entretien sur la présentation de GuarantCo, un fonds de garantie innovant à l’origine de la première obligation verte non gouvernementale notée par Moody’s en Afrique. 


Tout d’abord, comment pouvez-vous présenter GuarantCo, ses actionnaires et son profil de  notation ?

GuarantCo mobilise les investissements en monnaie locale du secteur privé pour des projets d’infrastructure et soutient le développement des marchés financiers dans les pays à faible revenu d’Afrique et d’Asie. GuarantCo fait partie du Private Infrastructure Development Group (PIDG) et est financé par les gouvernements du Royaume-Uni, de la Suisse, de l’Australie et de la Suède, par l’intermédiaire du PIDG Trust, des Pays-Bas, par l’intermédiaire de la FMO et du PIDG Trust, de la France par le biais d’un stand-by et Affaires mondiales Canada par le biais d’une facilité remboursable. GuarantCo est noté AA- par Fitch, A1 par Moody’s et AAA par Bloomfield. 

Opérant à la frontière, que ce soit à travers le prisme des zones géographiques, des secteurs, des produits ou des normes, PIDG et ses sociétés, y compris InfraCo Africa, InfraCo Asia, Emerging Africa Infrastructure Fund et GuarantCo, comblent les lacunes de l’architecture de développement international pour soutenir la fourniture d’infrastructures qui se traduisent par des projets d’infrastructure pionniers qui offrent un moyen innovant, agile et durable de lutter contre la pauvreté et d’avoir un impact élevé sur le développement, essentiel à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Ceci est réalisé en démontrant au marché dans son ensemble la viabilité commerciale de l’investissement privé dans les infrastructures dans les pays les plus pauvres qui, avec le renforcement des capacités, attire le secteur privé.

PIDG a, depuis sa création, été en mesure de démontrer qu’il s’agit d’un outil très efficace pour mobiliser le financement des propriétaires afin d’attirer le financement du secteur privé et de générer  un impact maximal de chaque dollar investi par les propriétaires. La capacité de GuarantCo à mobiliser trois fois le financement est cruciale pour optimiser l’investissement du Propriétaire. Dans le cas de GuarantCo, en combinant le financement du Propriétaire avec des investissements du secteur privé provenant de sources locales, régionales et internationales et avec le financement d’institutions de financement du développement, GuarantCo a permis 5,8 milliards de dollars d’investissements, principalement en monnaie locale, plus de 57 transactions dans 22 pays, et amélioré l’accès aux infrastructures pour 45 millions de personnes (source : Rapport annuel PIDG 2020). Les investissements se traduisent par des infrastructures qui améliorent des millions de vies là où cela compte le plus.


Quels sont vos principaux programmes à travers les pays africains ?

Depuis la création de GuarantCo en 2005, nous avons réalisé 30 transactions à travers le continent, principalement dans les pays OCDE CAD 1, 2 et 3, les pays les plus pauvres du continent, afin de créer l’impact le plus significatif pour les populations locales en fournissant un soutien financier aux infrastructures essentielles pour améliorer la vie des gens et stimuler la croissance économique. L’une de ces transactions est Acorn Holdings pour laquelle GuarantCo a fourni en 2019 une garantie de crédit partielle au programme d’obligations d’Acorn de 4,3 milliards de KES (équivalent de 43 millions de dollars), couvrant 50 % du principal et des intérêts dus pour financer la construction de logements pour 5 000 étudiants à Nairobi. Le programme est le premier à obtenir une certification verte au Kenya, garantissant une véritable contribution à la réduction des émissions de carbone.

De plus, il s’est également distingué pour avoir réalisé plusieurs autres premières sur le marché régional. Il s’agit notamment d’être noté B1 par Moody’s (supérieure à la notation des obligations souveraines) ; la reconnaissance en tant que première note de prêt de projet à tirage différé au Kenya ; la première obligation verte non gouvernementale notée par Moody’s en Afrique ; la première obligation verte d’entreprise à être cotée à la Bourse de Nairobi et la première obligation d’entreprise en monnaie locale du Kenya à être cotée sur le marché international des valeurs mobilières (ISM) de la Bourse de Londres, en présence du président Uhuru Kenyatta et de son gouvernement.

En 2021, GuarantCo a accru son exposition en fournissant à Acorn une garantie de 50 % du principal et des intérêts des 1,4 milliard de KES (12,9 millions de dollars) pour l’augmentation du programme de billets afin de soutenir des logements étudiants certifiés verts supplémentaires à Nairobi. Parmi les autres sociétés du PIDG qui ont joué un rôle important dans le financement d’Acorn, citons le fonds  Emerging Africa Infrastructure Fund, qui a participé en tant qu’investisseur principal au programme d’émission en 2019, tandis qu’InfraCo Africa a participé en tant qu’investisseur dans les fiducies d’investissement immobilier (REIT) d’Acorn, Development et les FPI de revenu, en 2021.  

Guarantco a également compris que l’entassement de la monnaie locale dans les produits d’infrastructure dans les pays à faible revenu nécessitera une compréhension complète du secteur bancaire, de ses contraintes pour concevoir un produit qui peut aider la banque commerciale locale à fournir un financement à long terme pour des projets d’infrastructure en Afrique compte tenu de la liquidité du marché.  Par conséquent, GuarantCo a créé un produit appelé « Garantie d’extension de liquidité » pour étendre le financement bancaire local afin d’atteindre la durée nécessaire au projet d’infrastructure. GuarantCo pense qu’un tel produit transformera le marché au cours des 10 prochaines années.

En outre, GuarantCo, avec le financement de l’assistance technique de PIDG, a organisé divers ateliers de renforcement des capacités au fil des ans (Côte d’Ivoire, Cameroun, Malawi, Tanzanie) pour les banques locales, les investisseurs institutionnels et les clients afin de développer davantage les marchés de capitaux locaux. En fournissant des solutions de crédit, GuarantCo fait du développement d’infrastructures à long terme une classe d’actifs attrayante dans les pays à faible revenu d’Afrique. Cela débloque des capitaux en monnaie locale gérés par des banques locales et des investisseurs institutionnels tels que des fonds de pension et des compagnies d’assurance. En les engageant dans notre modèle d’entreprise, nous transformons les marchés de capitaux locaux pour aider les économies de marché locales à se développer, ce qui profitera en fin de compte aux populations locales.


A votre avis, quelles seront les répercussions de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt dans les projets d’infrastructures en Afrique et dans le monde émergent ?   

Un retour de l’inflation pourrait dévoiler une importante exposition au risque pour les investisseurs dans les infrastructures.   Cette classe d’actifs est souvent présentée comme une couverture contre l’inflation, suggérant que les revenus des sociétés d’infrastructures sont indexés sur l’inflation. Mais ce n’est le cas que dans certains secteurs : les services publics obtiennent généralement un certain degré de répercussion de l’inflation dans leurs négociations tarifaires avec les régulateurs. De même, les projets d’infrastructure sociale ont des revenus liés à l’IPC. Mais de nombreuses autres sociétés d’infrastructure ne le font pas. Fondamentalement, les investisseurs en actions actualisent les dividendes futurs, pas les revenus futurs et, tout au bas de la cascade des flux de trésorerie, le lien entre les variations de l’IPC et les dividendes peut facilement être perdu. Les investissements dans les infrastructures ne peuvent constituer qu’une couverture partielle contre le risque d’inflation.   Les anticipations d’inflation entraîneront généralement une augmentation des coûts, y compris le taux d’intérêt pour le projet, à court et à long terme, comme c’est le cas aujourd’hui. Pour de nombreux investisseurs, ce n’est pas tant l’inflation réalisée que l’inflation anticipée qui détermine la structure par terme des taux d’intérêt qui compte et a un impact sur leurs passifs.


Parmi vos produits figurent des garanties à long terme en devises locales pour soutenir des projets d’infrastructures durables. Comment ça marche ? 

Il est impératif de combler le déficit de financement des infrastructures en Afrique. La Banque africaine de développement estime  que chaque année, le financement des infrastructures en Afrique est constamment inférieur d’environ 68 à 108 milliards de dollars aux niveaux requis pour engendrer une croissance économique durable sur le continent. Pour faire face à l’ampleur du déficit de financement, toute solution favorisant le financement à long terme en monnaie locale doit accorder la priorité au renforcement des capacités sur les marchés de capitaux locaux. Ceci est crucial pour résoudre les défis largement non résolus de l’appétit pour le risque des ténors et des fournisseurs de devises locales. Les projets d’infrastructure sont par nature des investissements à plus long terme qui affectent de multiples parties prenantes dans n’importe quelle région ou pays.

Par conséquent, leur dépendance à l’égard des revenus à long terme en devises locales dans les pays à faible revenu crée un décalage important lorsqu’ils sont financés presque entièrement en devises fortes. Le risque de change qui y est associé, qui a récemment suscité d’importantes préoccupations budgétaires dans certaines économies d’Afrique subsaharienne, ne peut finalement être éliminé que lorsque les coûts de financement des investissements dans les infrastructures sont également payables en monnaie locale. En outre, les solutions en monnaie locale sont également mieux placées pour surmonter les obstacles réglementaires auxquels sont confrontés les investisseurs institutionnels locaux, tels que les fonds de pension, qui les empêchent dans de nombreux cas de participer aux structures de financement en monnaie forte.

Les garanties en monnaie locale sont un nouveau concept dans la plupart des pays à faible revenu dans lesquels nous opérons et il est donc crucial d’éduquer les partenaires locaux, y compris les investisseurs institutionnels, les banques et les nouveaux clients, qui recherchent des financements pour financer leurs projets d’infrastructure essentiels, pour pleinement comprendre comment fonctionnent les garanties, d’où l’organisation d’ateliers de renforcement des capacités.   Les garanties en monnaie locale fournissent un effet catalyseur et multiplicateur important sur l’expansion de la participation des banques locales, des fonds de pension et des investisseurs institutionnels à l’offre de financement en monnaie locale aux industries à forte intensité de capital telles que les infrastructures – où des profils de maturité plus longs sont une nécessité.

Les garanties encouragent cela en offrant des attributs d’amélioration du crédit qui améliorent le profil de risque et la notation du crédit en monnaie locale, offrant ainsi aux investisseurs en monnaie locale confrontés à des restrictions réglementaires, un cadre autorisé leur permettant de participer à la fourniture de financements à plus long terme. Une garantie est une «promesse de paiement» qui atténue le risque pour les investisseurs d’entrer sur un marché ou une durée avec laquelle ils ne se sentiraient pas normalement à l’aise. GuarantCo propose principalement deux solutions de base de structure de transaction en monnaie locale : i) une garantie sur un prêt en monnaie locale et ii) une garantie sur une obligation en monnaie locale. Bien qu’ils soient similaires, le bénéficiaire de la garantie diffère : le prêteur dans une structure de prêt et l’agent obligataire pour le compte des obligataires dans la structure obligataire. Nous avons un certain nombre de solutions de crédit en monnaie locale, y compris une garantie partielle de crédit (prêt), une garantie partielle de crédit (prêt), une garantie d’extension de liquidité, une garantie de portefeuille et une garantie d’entrepreneur EPC, mais nous sommes ouverts à développer de nouveaux produits en fonction des besoins de nos clients.


Alors que nous parlons de projets durables, quelle est l’approche de GuarantCo pour les obligations vertes et ESG ? 

Au cours des dernières années, PIDG et GuarantCo ont mis l’accent sur les obligations vertes afin de pouvoir fournir des investissements durables à long terme. Un exemple en est la transaction avec Acorn Holdings, qui a été la toute première obligation à obtenir une certification verte au Kenya, garantissant une véritable contribution à la réduction des émissions de carbone. Un certain nombre d’autres obligations vertes sont en préparation et nous les annoncerons en temps voulu.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here