Le Franc CFA solide en dépit des sanctions de la CEDEAO/UEMOA sur le Mali. Le Naira porté par des réserves en hausse. La Livre égyptienne danse autour de son Sukuk. Le Shilling kenyan au pied du Kilimandjaro. Le Cédi tient tête au dieu dollar malgré une inflation Olympique. Le rand dopé par les anticipations. Le Shilling Ougandais appuyé par la Banque Mondiale. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire en devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.

Les sanctions de la Cedeao accentuent le risque après le coup d’État au Mali

Le bloc économique de l’Afrique de l’Ouest, la Cedeao, a imposé des sanctions au Mali après que son dirigeant militaire, Assimi Goita, qui a pris le pouvoir en mai dernier lors du deuxième coup d’État du pays en neuf mois, ait déclaré qu’il tiendrait des élections en 2025 au lieu de cette année, comme promis précédemment. Le bloc de 15 membres a gelé les actifs maliens auprès de la banque centrale de la région (BCEAO) et auprès des banques des États membres, interdit les transactions financières non essentielles et fermé les frontières terrestres avec le pays. Le coup d’État du Mali a été l’un des quatre en Afrique l’an dernier, en hausse par rapport à un an plus tôt, soulignant les risques politiques et financiers persistants sur le continent. Michael Nderitu Chief Risk Officer, AZA.

Le Naira soutenu par une croissance et des réserves accrues

Le Naira s’est maintenu fermement par rapport au dollar cette semaine, s’élevant légèrement à 570 contre 571 à la clôture de la semaine dernière. La Banque mondiale a déclaré cette semaine que l’économie du Nigeria devrait croître de 2,5 % cette année, par rapport à l’estimation précédente de 2,4 %, sous l’effet de la hausse des prix du pétrole. Ajoutant à une ambiance plus optimiste, les réserves de change du Nigeria ont arrêté une baisse de 10 semaines, atteignant 40,5 milliards de dollars, soit une augmentation d’environ 12 millions de dollars, selon la moyenne mobile sur 30 jours de la banque centrale. Cette semaine encore, Asiwaju Bola Tinubu, ancien gouverneur de l’Etat de Lagos et leader national du parti All Progressives Congress, a déclaré son intention de briguer la présidence lors des élections de l’année prochaine. Nous nous attendons à ce que le taux de change demeure ferme à court terme, compte tenu de l’appui de niveaux de réserve plus élevés.

La Livre égyptienne gagne au milieu des débuts de sukuk

La Livre s’est légèrement appréciée par rapport au Dollar cette semaine, passant de 15,71 à 15,70 à la clôture de la semaine dernière. L’Égypte prévoit d’émettre un premier sukuk de 2 milliards de dollars au premier semestre de 2022 une fois que de nouveaux règlements seront en place pour permettre au gouvernement d’émettre des obligations conformes à la charia. L’argent recueilli par le sukuk servira à financer les projets de développement social et économique du pays. Selon le ministre du Commerce, Nevine Gamea, l’Égypte vise à doubler ses exportations pour les porter à 60 milliards de dollars par an d’ici 2025. Comme ailleurs, l’inflation est en hausse, atteignant 6,5 % en décembre par rapport à 6,2 % un mois plus tôt. «Nous maintenons nos perspectives de stabilité de la Livre égyptienne », estiment les analystes d’AZA. Murega Mungai
Trading Desk Manager, AZA
.

Un Shilling kenyan record peut trouver du soutien

Le Shilling a glissé à un nouveau creux record par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 113,35/113,95 par rapport à 113,30/113,90 à la fin de la semaine dernière, car la demande générale pour le billet vert a dépassé l’offre des envois de fonds et des exportations. Entre-temps, les rendements plus élevés de la dette à court terme du Kenya ont vu la demande pour sa dernière adjudication de bons du Trésor atteindre un sommet de deux mois, avec ses bons à 91 jours et ses bons à 364 jours sursouscrits de 141 % et 112 %, respectivement. « Étant donné que les réserves de change du pays demeurent suffisantes à un peu moins de 8,8 milliards de dollars, ce qui est suffisant pour 5,36 mois de couverture des importations, nous nous attendons à ce que le Shilling trouve un certain soutien aux niveaux actuels à court terme », estiment les analystes de AZA.

Les inquiétudes d’inflation pesent sur le Cedi

Le Cedi a peu changé cette semaine par rapport au dollar, oscillant autour du niveau de 6,18. Cela en dépit d’une forte demande pour le billet vert, la banque centrale du Ghana ayant reçu 235 millions de dollars d’offres lors de sa première vente aux enchères à terme de l’année pour les 75 millions de dollars proposés. Le pays a également vu l’inflation atteindre un sommet en cinq ans en décembre, passant de 12,2 % en novembre à 12,6 %. « Nous nous attendons à ce que le Cedi subisse de nouvelles pressions au cours de la semaine à venir, alors que les préoccupations en matière d’inflation persistent », déclare Aza.

Les paris sur la hausse de taux appuient le Rand

Le Rand a gagné contre le dollar cette semaine, se renforçant à 15.35 de 15.58 à la fin de la semaine dernière, soutenu par les entrées d’investisseurs étrangers qui parient que la Banque de réserve sud-africaine va relever ses taux d’intérêt ce mois-ci. Les analystes prédisent que la banque centrale relèvera les taux trois fois cette année, avec une deuxième hausse en mars et une autre plus tard en 2022. C’était suffisant pour compenser la nervosité plus large du marché après que le procès-verbal de la réunion de décembre de la Réserve fédérale américaine a indiqué que la banque centrale commencera à retirer le soutien monétaire plus rapidement que durant les épisodes précédents. « Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que le Rand gagne encore du terrain par rapport au dollar dans les prochains jours ».

Le Shilling ougandais dopé par les liquidités de la Banque mondiale

Le Shilling s’est raffermi par rapport au Dollar cette semaine, s’élevant à 3525/3535 par rapport à 3535/3545 à la fin de la semaine dernière, les entrées de capitaux ayant dépassé la demande des entreprises pour le billet vert. Le ministère des Finances de l’Ouganda a annoncé cette semaine 44.7trillion de Shilling pour les ministères et autres entités gouvernementales afin de couvrir les dépenses du troisième trimestre de cet exercice, conformément aux trimestres précédents. Une injection de fonds de 200 millions de dollars de la Banque mondiale sous forme de crédit et de subvention aidera à canaliser les fonds vers les microentreprises, les petites et moyennes entreprises du pays, ce qui stimulera la croissance économique et l’investissement. « Dans ce contexte, nous nous attendons à ce que le Shilling demeure résilient par rapport au Dollar dans les semaines à venir ».

Le Shilling tanzanien soutenu par l’IED

Le Shilling s’est renforcé contre le dollar cette semaine, se négociant à 2295/2305 par rapport à 2302/2312 à la fin de la semaine dernière. La bonne humeur est apparue après que les données ont montré que l’investissement étranger direct en Tanzanie a augmenté pour atteindre 4,1 milliards de dollars en 2021, contre seulement 1 milliard de dollars un an plus tôt. Cette tendance s’est poursuivie, le géant minier mondial BHP annonçant cette semaine un investissement de 40 millions de dollars dans un projet tanzanien de nickel. Le commerce régional a également augmenté au cours du dernier exercice, le pays ayant exporté pour 811 millions de dollars de marchandises vers la Communauté de l’Afrique de l’Est, contre 679 millions de dollars au cours des 12 mois précédents. Nous nous attendons à ce que le Shilling soit soutenu par des importations de produits de base comme l’or et les produits agricoles au cours de la semaine à venir. Terry Karanja, Treasury Associate, AZA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here