A la UneL’hebdo des devises africaines (avec Aza)

L’hebdo des devises africaines (avec Aza)

-

Le Naira gerbe sur la raffinerie Dangote, le Cedi sous pression de change, le Rand tient tête face au dollar, la Livre égyptienne stable comme une pyramide, le Shilling Kenya entre le marteau du tourisme et l’enclume de l’énergie. Le Shilling Tanzanien jubile sur le plan de relance. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier en devises non bancaire en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.

Don de vaccin Johnson&Johnson de la part de Biden


L’engagement du président Joe Biden de faire don de 17 millions de doses supplémentaires du vaccin Johnson & Johnson contre la COVID-19 à l’Union africaine, en plus des 50 millions de doses que les États-Unis avaient précédemment envoyées, a clôturé une visite utile du président kenyan Uhuru Kenyatta. Bien que ces chiffres soient éclipsés par les milliards de dollars encore nécessaires, ce lot supplémentaire aidera à soutenir les pays africains dont la pénétration du vaccin est plus faible et à atténuer certains des impacts économiques de la pandémie. Nous surveillons également de près les signes indiquant que l’administration Biden est prête à intensifier son engagement avec les pays africains pour stimuler le commerce. Michael Nderitu, Chief Risk Officer, AZA.



Le Naira tiendra bon tant que la liquidité des taux de change s’améliore


Le Naira est resté stable sur le marché non officiel cette semaine, se négociant à 572 contre le dollar. Le gouverneur de la Banque centrale du Nigéria, Godwin Emefiele, a déclaré aux investisseurs réunis à New York que la nouvelle raffinerie de Dangote, dont les activités devraient débuter au début de l’année prochaine, permettra au Nigéria d’économiser jusqu’à 30 % de ses dépenses en devises sur les importations de pétrole. Les réserves de change ont augmenté pour atteindre 39,8 milliards de dollars la semaine dernière, contre 38,4 milliards la semaine précédente, selon la moyenne mobile sur 30 jours de la banque centrale. Entre-temps, le solde du compte de brut excédentaire du Nigéria a continué de s’épuiser, se situant à 60 M$ ce mois-ci par rapport à 70 M$ en février 2020. Cela représente une baisse d’environ 98 % depuis la création du compte en 2014. Compte tenu de ces facteurs, nous nous attendons à ce que le Naira reste stable aux alentours de 570 dans les prochains jours, compte tenu des liquidités de change décentes dont disposent les banques commerciales.




La pression sur le Cedi tend à s’atténuer


Le Cedi s’est déprécié par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 6,08 contre 6,07 à la clôture de vendredi dernier, alors que la demande de change des investisseurs rapatriant le produit des échéances obligataires a augmenté. La banque centrale du Ghana continue d’intervenir sur le marché par le biais de ses enchères à terme de devises, vendant un total de 125 millions de dollars cette semaine. Également cette semaine, le chef de la technologie financière et de l’innovation à la Banque du Ghana, Kwame Oppong, a déclaré que la monnaie numérique e-Cedi encore à être lancé sera conçu pour fonctionner hors ligne grâce à l’utilisation de cartes à puce dans un effort pour stimuler l’inclusion financière pour les personnes sans compte bancaire. Nous nous attendons à ce que la pression sur le Cedi diminue dans les prochains jours.



Les prix élevés des matières premières soutiennent les gains du Rand


Le Rand s’est renforcé par rapport au dollar cette semaine, s’élevant à 14,42 contre 14,60 à la clôture de la semaine dernière, après que des données douteuses de l’industrie manufacturière américaine aient accentué la pression sur le billet vert. Les prix plus fermes des matières premières, le sentiment optimiste de risque des marchés émergents et la hausse des entrées de devises étrangères sur les marchés obligataires d’Afrique du Sud ont également soutenu le Rand. Compte tenu de ce qui précède, nous prévoyons des gains soutenus par rapport au dollar au cours de la semaine à venir.


La livre reste stable alors que l’Égypte présente sa stratégie degestion de la dette


La livre égyptienne a globalement stagné par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 15,66/15,77. Le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, a déclaré que le gouvernement vise une croissance de 5,4% pour l’exercice 2021/22 et vise à réduire le déficit total à 6,7% contre environ 7,4% l’an dernier. Maait a déclaré que le gouvernement cherchera également à maintenir la trajectoire descendante du ratio de la dette au PIB du pays en mettant en œuvre une stratégie de gestion de la dette publique basée sur la diversification des sources de financement et l’émission d’obligations. Nous nous attendons à voir une livre stable au cours des sept prochains jours. Murega Mungai
Trading Desk Manager, AZA
.


L’asymétrie entre énergie et tourisme au Kenya fait baisser le Shilling


Les difficultés du Shilling face au dollar se sont aggravées cette semaine, se négociant à 111,15/111,45 contre 110,85/111,15 à la fin de la semaine dernière, la demande des importateurs pour le billet vert dans les secteurs de l’énergie et des marchandises surpassant l’offre de devises. La banque centrale du Kenya a contribué à prévenir une baisse plus marquée, les réserves en devises tombant à 9,3 milliards de dollars contre 9,4 milliards de dollars la semaine précédente. Le déséquilibre actuel de l’offre s’explique en grande partie par la réouverture graduelle de l’économie du pays, la demande de dollars augmentant tandis que les entrées en provenance de secteurs tels que le tourisme restent atténuées par les effets de la pandémie. Ce déséquilibre persistera probablement, et nous nous attendons donc à ce que la pression sur le Shilling se poursuive à court terme.

La pression sur le Shilling ougandais ne devrait pas diminuer


Le Shilling s’est encore déprécié cette semaine, se négociant à 3620/3630 contre le dollar par rapport à 3590/3600 à la fin de la semaine dernière, alors que la demande des importateurs de devises augmentait. Cette semaine, la Banque d’Ouganda a maintenu son taux d’intérêt principal à 6,5 %, tandis que les prévisions de croissance de l’économie se situeront entre 3,5 % et 3,8 % au cours de l’exercice 2021-2022 et entre 5,5 % et 6 % l’année suivante, ce qui est inférieur aux prévisions antérieures compte tenu de l’incertitude causée par la pandémie de coronavirus. Nous nous attendons à ce que la pression sur le Shilling se poursuive au cours de la semaine à venir en raison de l’augmentation de la demande en dollars des importateurs et des entreprises.

Perspectives positives du Shilling tanzanien grâce aux mesures de stimulation du tourisme


Le Shilling a été plus fort par rapport au dollar cette semaine, s’élevant à 2295/2305 contre 2300/2310 à la fin de la semaine dernière, stimulé par des entrées plus importantes dans l’économie en provenance du secteur agricole. Le gouvernement tanzanien cherche à relancer le secteur touristique du pays, avec le président Samia Suluhu Hassan annonçant cette semaine un plan de relance du 90.2bn TZS pour soutenir l’industrie, qui avait été freiné par la pandémie. Nous nous attendons à ce que le Shilling reste stable en raison des entrées d’investisseurs et de produits agricoles comme le café et les noix de cajou.

Rédactionhttps://financialafrik.com
Financial Afrik se propose de délivrer l’information financière stratégique aux cadres et dirigeants, à travers une newsletter quotidienne et un site web qui couvre toute la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X