FinanceBanquesMoody's change la perspective de la République démocratique du...

Moody’s change la perspective de la République démocratique du Congo en positive

-

La notation Caa1 d’émetteur à long terme du gouvernement de la RDC a été confirmée le 18 octobre dans l’échelle de Moody’s. Kinshasa voit sa perspective passer de stable à positive.

“Cette perspective positive reconnait les perspectives économiques solides de la RDC tirées par le secteur minier et le potentiel d’amélioration de la résilience économique grâce à la mise en œuvre des réformes structurelles dans le cadre du programme actuel du FMI”, lit-on dans le rapport de Moody’s.

La  perspective positives reflète également l’augmentation des réserves officielles de devises étrangères qui devraient continuer à s’accumuler au cours des prochaines années, ce qui réduirait l’exposition du pays aux baisses des prix des matières premières et aux épisodes graves de volatilité macroéconomique qui y sont associés.

Les notations Caa1 équilibrent des niveaux de richesse particulièrement bas, des institutions très faibles et donc une capacité d’absorption des chocs économiques encore faible ainsi qu’un risque politique élevé contre une dette publique faible et abordable. Malgré une forte reprise économique portée par le secteur minier, les finances publiques restent vulnérables à la volatilité des prix des matières premières.

Les plafonds nationaux en monnaie locale (LC) et en monnaie étrangère (FC) de la RDC restent inchangés à B3 et Caa1, respectivement. L’écart d’un cran entre le plafond de la LC et la notation souveraine reflète un degré élevé d’imprévisibilité des actions gouvernementales, le risque politique intérieur, ainsi que l’exposition importante de l’économie au secteur minier. 

L’écart d’un cran entre le plafond FC et le plafond LC reflète une efficacité politique limitée et l’ouverture relativement faible du compte de capital et les risques de convertibilité compte tenu des antécédents de volatilité des taux de change lors des épisodes de chocs des prix des matières premières.

Un pays porté par le secteur extractif

Moody’s s’attend à ce que le secteur extractif de la RDC continue de jouer un rôle central dans l’économie en tant que principale source de croissance à l’avenir dans un contexte de forte demande mondiale pour les principales exportations de la RDC, à savoir le cuivre et le cobalt. Cela fait suite à la solide performance de l’année dernière, le secteur minier augmentant de 9,7% et compensant plus que la contraction de 1,3% du reste de l’économie à la suite du choc du coronavirus. La production de cuivre a atteint un niveau record de près de 1,6 million de tonnes l’année dernière contre 1,1 million en 2017. Avec la mine de Kamoa-Kakula – le plus grand projet de mine de cuivre du continent déjà en avance sur le calendrier – la production de cuivre de la RDC devrait dépasser 2,5 millions tonnes au cours de la prochaine décennie. Soutenu par le développement rapide de son secteur minier et des prix favorables pour les principales exportations de la RDC, Moody’s s’attend à ce que la croissance du PIB réel de la RDC dépasse 6% en moyenne sur la période 2021-2025.

En outre, l’engagement des autorités à mettre en œuvre les réformes structurelles incluses dans le programme triennal de 1,5 milliard de dollars du FMI soutiendra davantage la croissance et contribuera à renforcer la résilience économique dans son ensemble. Un domaine d’intérêt est la mobilisation des recettes intérieures, qui est une contrainte de crédit clé pour la RDC ; le gouvernement est généralement contraint de limiter les dépenses pour éviter tout dérapage budgétaire qui, autrement, alimenterait l’inflation.

En attendant la TVA

Sur la période du programme ancré sur aucun financement de la banque centrale, les recettes publiques devraient augmenter régulièrement de plus de 4 points de pourcentagepour atteindre 14% du PIB en 2025. Le programme contient un ensemble de réformes pour atteindre cet objectif, notamment la modernisation de l’administration, la fixation de la TVA pour en accroître l’efficacité et la portée, la rationalisation des charges non fiscales et parafiscales à tous les niveaux de gouvernement, et la rationalisation des dépenses fiscales précédemment estimées à environ 20 % des recettes. 

Parmi les autres objectifs figurent la maîtrise des dépenses publiques, le renforcement du cadre de la politique monétaire et du niveau des réserves de change et l’amélioration de l’environnement des affaires. 

Moody’s s’attend à ce que la majorité parlementaire nouvellement formée autour du président Tshisekedi soit susceptible d’être propice à la mise en œuvre de ces réformes ; un succès à cet égard soutiendrait l’évaluation de Moody’s de la force institutionnelle et de gouvernance de la RDC, qui est actuellement très faible. La croissance du secteur minier offre la perspective d’une augmentation significative des recettes fiscales et des recettes d’exportation à mesure que les volumes de production augmentent. Tout petit déficit sur la période sera entièrement financé par le montage financier fourni par les institutions financières internationales (IFI) sous l’égide du FMI.

Des réserves de change passées de 0,7 milliard à 3 milliards de dollars

L’amélioration de la position extérieure de la RDC se manifeste par la stabilisation du taux de change et l’augmentation des réserves de change. Les réserves de change s’élèvent désormais au-dessus de 3 milliards de dollars à fin septembre, contre 0,7 milliard de dollars en 2020, après avoir augmenté de près de 700 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de 2021, principalement en raison de la performance du secteur minier et bénéficiant en outre des 1,5 milliard de dollars. 

Transfert de DTS provenant de la récente augmentation de l’allocation pour tous les membres du FMI. 

Moody’s s’attend à ce que les réserves de change officielles brutes de la RDC atteignent au moins 5 milliards de dollars à la fin de 2025 (correspondant à environ 5 mois de couverture des importations) et le déficit du compte courant, qui s’est réduit au cours des années depuis 2013 avec le développement du secteur minier et a été estimé à environ 2,3% du PIB en 2020, pour continuer à se rétrécir.

Cela peut contribuer à réduire l’exposition du pays aux baisses des prix des matières premières et aux épisodes sévères de volatilité macroéconomique qui y sont associés ; le manque de réserves de change lors des baisses passées des prix des matières premières a été à l’origine d’une dépréciation du franc congolais suivie de la monétisation du déficit par la banque centrale compte tenu de la perte de recettes publiques.

JUSTIFICATION par Moody’s DE L’AFFIRMATION DE NOTATION À Caa1

Le profil de crédit de la RDC reste limité par des institutions très faibles, des infrastructures défaillantes et un risque politique élevé. De plus, le secteur minier continue de dominer l’économie malgré le grand potentiel de croissance des secteurs de l’agriculture et de l’hydroélectricité. En conséquence, la RDC est très vulnérable aux périodes de bas prix des matières premières provoquant des ralentissements économiques, de fortes baisses des recettes publiques et un nouvel affaiblissement de la position extérieure fragile du pays.

Alors que les conditions actuelles offrent la perspective d’atteindre des niveaux nettement plus élevés de recettes publiques et de réserves de change dans les années à venir, la perspective d’une notation plus élevée dépend de la mise en œuvre de réformes qui augmenteraient la confiance que l’amélioration des fondamentaux du crédit s’avérera durable.

Les soutiens au crédit de la RDC comprennent ses solides perspectives de croissance à moyen terme et sa base de ressources naturelles substantielle. En outre, l’imposition de contrôles budgétaires relativement stricts a permis d’éviter des dérapages budgétaires importants pendant près de deux décennies et s’est traduite par un fardeau de la dette publique très faible et abordable, inférieur à 15 % du PIB. Par conséquent, la probabilité de défaut du gouvernement reste assez faible bien que l’économie reste intrinsèquement vulnérable aux chocs.

CONSIDÉRATIONS ENVIRONNEMENTALES, SOCIALES ET DE GOUVERNANCE

Le « Credit Impact Score » ESG de la République Démocratique du Congo est très fortement négatif (CIS-5), reflétant une exposition très élevée au risque social, une exposition modérée au risque environnemental, et une gouvernance très faible qui, avec des niveaux de revenus faibles, réduit la résilience du pays aux risques S et E.

L’exposition de la RDC aux risques environnementaux est modérément négative, reflétée dans son score de profil d’émetteur E-3. Si le pays reste déterminé à préserver son capital naturel, son exposition au risque climatique physique est élevée compte tenu de l’importance économique du secteur primaire qui représente près de 65% des emplois, dominé par une agriculture de subsistance moins résiliente que l’agriculture sophistiquée liée aux perturbations climatiques.

L’exposition aux risques sociaux est très fortement négative (score de profil d’émetteur S-5), principalement liée à la pauvreté, aux faibles résultats scolaires et au faible accès aux services de base. En particulier, la RDC a des niveaux de revenus très bas, parmi les plus bas souverains notés par Moody’s, avec un PIB par habitant à 1106 $ sur une base PPA en 2020. La pauvreté et le chômage sont répandus, avec 73% de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté (PPA 1,90 $ par jour). L’extrême pauvreté de certaines régions, dont les habitants sont souvent isolés par le manque d’infrastructures de transport, peut être une source d’instabilité future et menacer la cohésion nationale. Les conflits violents en cours dans certaines régions et l’épidémie d’Ebola sont deux menaces majeures pour la stabilité du pays. Les indicateurs de santé et de sécurité sont très faibles, en particulier les dépenses de santé par habitant ou le taux de mortalité infantile.

La faiblesse des institutions et du profil de gouvernance de la RDC limite sa notation, comme en témoigne un score de profil d’émetteur G très négatif (G-5). Le pays se classe au bas des classements internationaux mesurant les indicateurs de gouvernance et l’efficacité des institutions. Par exemple, la corruption est un défi structurel important qui sape l’élaboration des politiques, la stabilité économique et la cohésion sociale. Le retard de deux ans pour les élections présidentielles de 2016 et le retard de sept mois de la formation du gouvernement en 2019 mettent en évidence la faiblesse de la gouvernance de la RDC, ainsi que son cadre institutionnel.

Source / Moody’s

Rodrigue Fénélon Massalahttps://www.financialafrik.com
Rodrigue Fenelon Massala est Grand Reporter à Financial Afrik. Il est diplômé en Diplomatie de l'ENAM de Ouagadougou et détenteur d'un Master 2 en management des médias et communication de l'Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille. Rodrigue Fenelon Massala est un panafricaniste passionné de culture, de géopolitique internationale, d'histoire contemporaine et de la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X