LeadersNouvelle escalade diplomatique entre Paris et Bamako

Nouvelle escalade diplomatique entre Paris et Bamako

-

Plus les jours passent, plus la tension monte entre Paris et Bamako. Dans un communiqué publié ce mardi 5 octobre, les autorités maliennes dénoncent « les propos désobligeants tenus par Emmanuel Macron, le président de République Française, sur les institutions de la République du Mali », et ont d’ailleurs convoqué Joël Meyer, l’ambassadeur de la France dans le pays à cet effet.

Le président français avait affirmé, tôt dans la matinée sur les antennes de France Inter, que « l’armée française n’a pas à se substituer au ‘non travail’, si je puis dire, de l’Etat malien ». Soulignant « qu’on ne peut pas demander à nos soldats de remplacer ce qui est le travail de votre État ».

Une sortie que Bamako ne digère pas, et le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop, a signifié au diplomate français « l’indignation et la désapprobation du gouvernement du Mali » et élevé une vive protestation contre « ces propos regrettables, qui sont de nature à nuire au développement de relation amicales entre nations ». Selon les termes du communiqué publié par son département.

Par ailleurs, il existe d’autres réactions que Bamako n’a nullement appréciées. En effet, Emmanuel Macron avait également déclaré qu’ « il faut que l’Etat revienne avec sa justice, son éducation, sa police partout, en particulier au Mali, où des pans entiers de territoire restent livrés à eux-mêmes face aux djihadistes, aux tensions intercommunautaires et aux trafics ».

Par la suite, le ministre Abdoulaye Diop a invité, dans le communiqué, « les autorités françaises à la retenue, en évitant des jugements de valeur et appelé à une approche constructive basée sur le respect mutuel, en vue de se concentrer sur l’essentiel notamment la lutte contre le terrorisme au sahel.

Notons que dans son communiqué, le ministère des Affaires étrangères du Mali a indiqué que le ministre Diop a réitéré la disponibilité de son gouvernement à bâtir avec les partenaires qui souhaiteraient, des relations « sincères et concertées, respectant le principe de non-ingérence conformément aux aspirations légitimes du peuple malien ».

Daouda Bakary KONÉhttps://www.financialafrik.com
Daouda Bakary KONÉ, journaliste économique, depuis plus de 10 ans dans le paysage médiatique malien et d'ailleurs. Diplômé en finance comptabilité, titulaire d'une licence en journalisme et communication. Passionné de l'information economique et financière et expert en communication digitale et web-journaliste. Aime les voyages, la musique, l'internet, la lecture et les documentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X