A la UneUn rapport de la Banque Mondiale recommande de scolariser...

Un rapport de la Banque Mondiale recommande de scolariser les enfants dans la langue qu’ils comprennent

-

Jusqu’à 37% des enfants scolarisés dans le monde reçoivent un enseignement dans une langue qu’ils ne parlent pas à la maison, constate la Banque Mondiale dans un nouveau rapport. Lire ci-dessous la synthèse du rapport signée par Jaime Saavedra, Directeur général, Éducation, Michael Crawford, Lead Education Specialist et Sergio Venegas Marin.


Enseigner aux élèves dans la langue qu’ils comprennent : cela semble être évident. Mais pour beaucoup, ça ne l’est pas. Au cours des dernières décennies, nous avons assisté à des progrès considérables dans l’amélioration de l’accès à la scolarité, mais le monde se trouve toujours confronté à une crise mondiale de l’apprentissage. Bien que la plupart des pays aient un taux de scolarisation universel ou quasi-universel dans l’enseignement primaire, l’apprentissage est trop faible.  Plus de la moitié des élèves du primaire dans le monde sont confrontés à la pauvreté des apprentissages parce qu’ils sont incapables de lire et de comprendre un texte simple à l’âge de 10 ans. Leur capacité à réussir à l’école et à investir en eux-mêmes et dans leur avenir en tant qu’adultes est compromise.

L’une des raisons de cette situation est bien visible : jusqu’à 37 % des enfants scolarisés dans le monde reçoivent un enseignement dans une langue qu’ils ne parlent pas à la maison et qu’ils n’utilisent et ne comprennent pas bien . Les politiques relatives à la langue d’enseignement, qui devraient préparer les enfants à la réussite, les condamnent trop souvent à l’échec dès le début de l’école primaire.

La science de l’apprentissage

Les recherches sont claires : les élèves apprennent à lire et à écrire en faisant correspondre les sons et les symboles d’un système d’écriture aux mots qu’ils ont appris dans la langue de leurs parents. Plus leurs capacités linguistiques orales sont bonnes, plus ils apprennent à lire rapidement et facilement. Lorsqu’ils sont confrontés à une langue inconnue en classe, les progrès deviennent quasiment impossibles. C’est en partie la raison pour laquelle, dans certains pays, de nombreux élèves ne savent lire aucun mot et ne connaissent que quelques noms de lettres dans la langue qu’ils doivent apprendre. Ils sont à l’école, leurs parents supposent qu’ils apprennent, mais ce n’est pas le cas. Cela arrive à des enfants nigérians qui devraient recevoir un enseignement en haoussa, à des enfants haïtiens qui devraient recevoir un enseignement en créole haïtien, à des enfants mozambicains qui devraient recevoir un enseignement en makua (aussi écrit macua ou makhuwa).

Le nouveau rapport de la Banque mondiale met en évidence les nombreuses façons dont la situation peut et doit être améliorée. Lorsque les élèves reçoivent un enseignement dans la langue qu’ils parlent et comprennent bien, ils apprennent à lire mieux et plus vite.  Ils sont également mieux placés pour apprendre une deuxième langue, pour maîtriser d’autres contenus scolaires tels que les mathématiques, les sciences et l’histoire, et pour développer pleinement leurs capacités cognitives. Les enfants qui apprennent dans leur langue maternelle sont également plus susceptibles de s’inscrire et de rester à l’école plus longtemps. Les politiques efficaces en matière de langue d’instruction améliorent l’apprentissage et la progression scolaire et réduisent également les coûts nationaux par élève, ce qui permet une utilisation plus efficace des fonds publics pour améliorer l’accès et la qualité de l’éducation pour tous les enfants.

Approches réussies en matière de langue d’enseignement

Les pays sont confrontés à des défis très divers. Dans un pays, des dizaines de langues différentes peuvent être parlées. Dans un autre, les élèves peuvent parler une langue à la maison, une autre dans la cour de récréation et aussi être censés apprendre dans une troisième langue, la langue nationale. À partir de ces expériences variées, le rapport présente des approches réussies : (i) enseigner aux enfants dans leur langue maternelle dès l’éducation de la petite enfance et au moins jusqu’à la fin de l’école primaire ; (ii) utiliser la langue maternelle pour l’enseignement des matières scolaires autres que la lecture et l’écriture ; (iii) introduire toute langue supplémentaire en tant que matière en mettant l’accent sur les compétences linguistiques orales ; (iv) continuer à utiliser la langue maternelle pour l’enseignement sous une forme ou une autre, même lorsqu’une autre langue devient la langue officielle d’enseignement ; et (v) planifier, développer, adapter et améliorer en permanence la mise en œuvre des politiques relatives à la langue d’enseignement.

En observant minutieusement l’expérience scolaire des élèves, les décideurs politiques orientent leurs systèmes scolaires pour qu’ils réussissent alors qu’ils réfléchissent à la manière de mieux reconstruire après la pandémie de COVID-19. Les systèmes doivent se concentrer sur l’apprentissage essentiel et améliorer l’efficacité du processus d’enseignement et d’apprentissage. L’enseignement dans les langues appropriées et la mise en œuvre de mesures efficaces en matière de langue d’enseignement aideront à atteindre ces objectifs.

Des mesures politiques sont nécessaires, mais ne suffisent pas

Bien qu’elles représentent un facteur important pour la promotion de l’alphabétisation, ces mesures en matière de langue d’enseignement doivent être bien intégrées dans un ensemble plus vaste de politiques d’alphabétisation. Les initiatives isolées sont inefficaces. Il faut : i) un engagement politique et technique en faveur de l’alphabétisation, qui se traduit en partie par un engagement à mesurer et à suivre les résultats d’apprentissage, ii) un soutien aux enseignants sous forme de plans de cours, iii) un accompagnement des enseignants, iv) la mise à disposition de livres et de textes de qualité, et v) l’engagement des parents et des communautés à encourager l’amour des livres et de la lecture à la maison.

Parallèlement, une utilisation judicieuse de la technologie peut faciliter la mise en œuvre de l’ensemble du dispositif et, de manière générale, la conception et la mise en œuvre de bonnes politiques et pratiques linguistiques. Qu’il s’agisse de moyens innovants pour cartographier et mesurer les niveaux de compétence des élèves et des enseignants, de simplifier la création et l’adaptation de nouveaux matériels d’apprentissage dans plusieurs langues, ou de dispenser et de compléter l’enseignement proprement dit, la technologie produit des outils meilleurs et plus fiables. Nombre d’entre eux, comme les technologies basées sur les téléphones portables, sont devenus courants, même dans les régions les plus pauvres du monde. Elles peuvent désormais rendre l’enseignement dans la bonne langue plus rapide, plus facile et potentiellement moins coûteux.

En fin de compte, pour lutter contre la pauvreté des apprentissages, il faut une approche cohérente sur le plan pédagogique. Une approche centrée sur ce qu’il faut faire pour améliorer le processus d’enseignement et d’apprentissage entre l’élève et l’enseignant, puis chercher des moyens alignés et coordonnés pour soutenir cela à l’échelle. Un ensemble de politiques d’alphabétisation dans la bonne langue peut garantir une alphabétisation de base et permettre une meilleure expérience à l’école et une introduction plus facile d’une seconde langue. Les investissements dans les systèmes éducatifs du monde entier ne produiront pas d’améliorations significatives de l’apprentissage si, finalement, les élèves ne comprennent pas la langue dans laquelle ils sont enseignés. 

Source: la Banque Mondiale 

Rédactionhttp://financialafrik.com
Financial Afrik se propose de délivrer l’information financière stratégique aux cadres et dirigeants, à travers une newsletter quotidienne et un site web qui couvre toute la finance africaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X