La Cour d’Appel de Paris a douché les espoirs du président congolais, Denis Sassou Nguesso, de revoler un jour sur son luxueux Falcon 7X acquis en 2014.  Dans un arrêt du 3 juin la juridiction n’a pas fait droit à la demande de Brazzaville de libérer l’avion saisi, en juin 2020, sur l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, dans le sud de la France, dans le cadre du lourd différend opposant Brazzaville à Mohsen Hojeij.  Depuis plusieurs années cet homme d’affaires d’origine libanaise, patron de la société de BTP Commisimpex, s’attaque aux actifs du Congo en faisant valoir une créance qui s’élève aujourd’hui à plus d’1,5 milliard $ pour des chantiers réalisés dans les années 1990 au


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis