Le conseil d’administration du FMI a approuvé, le 7 juin 2021, un accord de confirmation et un accord au titre de la facilité de crédit de confirmation pour un montant de 453 millions de DTS (environ 650 millions de dollars ou 350 milliards de FCFA) et achève ainsi la troisième revue du programme appuyé par l’instrument de coordination de la politique économique.

L’approbation de l’accord au titre de la FCC et de l’accord de confirmation ouvre la voie à un décaissement immédiat d’environ 129.4 millions de DTS ou environ 187 millions de dollars. Elle fait suite à une aide d’urgence que le FMI avait accordée au Sénégal en avril 2020 pour un montant de 442 millions de dollars à la date d’approbation

L’accord de financement d’une durée de 18 mois, conjugué à l’instrument de coordination de la politique économique, fournira un point d’ancrage des politiques économiques pour la prochaine phase de la riposte des autorités face à la COVID-19 et soutiendra une reprise forte et créatrice d’emplois.

La pandémie de COVID-19 a frappé l’économie sénégalaise de plein fouet et mis de nombreux ménages en difficulté, en particulier ceux qui travaillent dans l’économie informelle. La croissance en 2020 est estimée à 1,5 %, grâce à des récoltes records, malgré une sévère contraction dans les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du tourisme et des transports. La mise en œuvre efficace d’un programme de résilience économique et sociale (PRES) par le gouvernement a contribué à renforcer le secteur de la santé et à atténuer les pertes de revenus des ménages et des entreprises. Une reprise timide est attendue en 2021 avec une croissance de 3,7 %.  

Par ailleurs, le rapport du comité de surveillance du fonds Force COVID-19 a été finalisé. L’audit annuel des procédures de marchés publics, y compris les procédures liées aux dépenses pour la COVID-19, sera achevé fin juin et la Cour des comptes publiera en octobre son rapport sur l’exécution de la loi de finances 2020.

Les services du FMI et les autorités sénégalaises ont convenu d’une trajectoire révisée du déficit budgétaire pour 2021–23, tenant compte du déploiement des vaccins contre la COVID-19 et d’un nouveau programme de promotion de l’emploi des jeunes et des femmes. Une exécution résolue de la stratégie de recettes à moyen terme et une redéfinition des dépenses prioritaires permettront de dégager de l’espace budgétaire, tandis que le déficit global devrait retrouver l’ancrage du déficit fixé par l’UEMOA, soit 3 % du PIB, d’ici à 2023.  

La collaboration entre le FMI et le Sénégal dans le cadre de l’ICPE se poursuivra en parallèle avec les nouvelles modalités de l’accord de confirmation et de la FCC jusqu’à fin 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here