Symbolisée par la visite d’Emmanuel Macron à Kigali, les 27 et 28 mai, la normalisation de la relation franco-rwandaise doit déboucher sur la désignation d’un ambassadeur. Les deux pays sont sans représentants à un tel niveau depuis la rupture de leurs relations diplomatiques à l’initiative du Rwanda, , en novembre 2006, à la suite de la publication du rapport du juge Jean-Louis Bruguière mettant en cause Paul Kagamé dans l’attentat contre son prédécesseur, Juvénal Habyarimana. Evénement qui déclenchera, entre avril et juillet 1994, le génocide de plus de 800.000 Tutsis et Hutus démocrates.   Si plusieurs noms circulent depuis plusieurs


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis