Niger : le président Issoufou se félicite de la démocratie dans son pays

0
Le président nigérien Mahamadou Issoufou, ici le 27 décembre 2020 après avoir voté dans le cadre du premier tour de la présidentielle.

De notre Envoyé spécial à Niamey, Issouf Kamagaté

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a voté ce dimanche à Niamey, dans le cadre du deuxième tour de l’élection présidentielle. Symbole de l’alternance en cours dans son pays, il a déclaré que cette date du 21 février restera dans les annales de l’histoire politique du Niger qui est aujourd’hui, selon lui, classé en bonne place dans le concert des pays démocratiques.

« La transition est en cours. La passation pacifique qui a fait défaut au Niger depuis des décennies va avoir lieu. C’est un événement majeur dans la vie politique de notre pays », a déclaré Mahamadou Issoufou. Qui s’est dit fier d’être « le premier président démocratiquement élu de notre histoire à pouvoir passer la main à un autre président démocratiquement élu ».

Après avoir fait deux mandats à la tête du pays, Mahamadou Issoufou avait en effet décidé de passer la main. Son dauphin, Mohamed Bazoum, candidat du Pnds Tarayya -parti dont il est issu-, était arrivé en tête des suffrages au premier tour, et affronte l’ancien président Mahamane Ousmane, candidat de l’opposition, arrivé deuxième.

Au sortir de son bureau de vote, le président sortant a souhaité un scrutin apaisé comme au deuxième tour. « Le Niger est confronté à plusieurs défis notamment l’insécurité, le climat, le développement socio-économique et aujourd’hui la Covid 19. Pour faire face à ces défis il nous faut des institutions démocratiques fortes. C’est à cela que je me suis attelé depuis 10 ans à travers des élections transparentes », souligne en résumé le Président Issoufou. Espérant que ce second tour se passe dans le calme et en toute transparence.

Pour ce scrutin, 7,4 millions électeurs sont appelés aux urnes sur une population de près de 22 millions d’habitants. Face à la crainte et les doutes émises par les uns et les autres, le président de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), Issaka Souna, avait soutenu déjà le vendredi dernier que toutes les dispositions ont été prises pour une élection crédible et apaisée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here