UEMOA : Plus de 18.698 milliards de FCFA d’importations de biens opérées par les Etats en 2019

0

Les importations de biens en valeur FOB opérées par les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) se sont établies à 18.698,1 milliards de FCFA (28,047 milliards d’euros) en 2019, selon les données de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Comparées à 2018 où elles se situaient à 18.155,9 milliards de FCFA, ces importations connaissent une hausse de 3,0%. L’institut d’émission impute cette situation notamment à « l’augmentation des acquisitions de biens d’équipement (+12,3%) et intermédiaires (+8,3%), dont la progression a été modérée par le repli des approvisionnements en biens de consommation (-1,0%) et en produits énergétiques (-0,8%) ».

Les achats extérieurs de la zone UEMOA sont composés principalement de biens de consommation courante (31,5%), de biens d’équipement (21,9%), de produits énergétiques (19,5%) et de biens intermédiaires (18,9%).

Les importations de biens d’équipement, composées principalement de machines et appareils mécaniques, de machines et appareils électriques ainsi que de matériel de transport, ont progressé de 12,3% en 2019 pour s’établir à 4.811 milliards de FCFA contre 4.283,9 milliards de FCFA  en 2018.

Les achats de biens d’équipement occupent le deuxième rang des acquisitions de biens de l’Union, avec une part estimée à 21,9% contre 20,3% un an auparavant. « Cette évolution est imputable notamment aux différents projets d’infrastructure au Bénin dans le cadre du Programme d’Action du Gouvernement (PAG), aux travaux de construction et de rénovation dans les domaines aéroportuaires et hôteliers au Niger et aux divers projets socio-économiques dans les pays de l’Union notamment au Sénégal », explique la BCEAO.

Ces biens d’équipement proviennent principalement du continent européen (43,7%), notamment des pays de la zone euro (35,6%). La part des acquisitions de biens d’équipement effectuées en Asie s’est fixée à 40,8% en 2019, dont 26,3% sont achetés en Chine. « L’importance des achats extérieurs effectués en Chine reflète les efforts de ce pays en matière de développement technologique et d’élargissement de son tissu industriel », note la BCEAO dans son rapport sur le commerce extérieur de l’UEMOA. Le poids des acquisitions de biens d’équipement en provenance du continent américain s’est, pour sa part, établie à 8,6% dont 5,6% représentent celui des importations effectuées des Etats-Unis.

De leur côté, les achats de biens intermédiaires, composés en grande partie de matériaux de construction et de produits chimiques, ont augmenté de 8,3% en 2019 pour s’établir à 4.152,2 milliards de FCFA  contre 3.833 milliards de FCFA  en 2018, en lien avec les différents projets susmentionnés. Leur part dans les acquisitions totales est estimée à 18,9% au cours de la période sous revue contre 18,1% en 2018, soit une augmentation de 0,8 point de pourcentage.

Les achats à l’extérieur de biens intermédiaires sont effectués essentiellement en Europe (39,3%), en Asie (34,8%) notamment en Chine (24,2%) et en Afrique (21,9%).

Concernant les importations de produits de consommation de l’Union, elles ont légèrement fléchi de 1,0% en 2019 par rapport à leur niveau de 2018, s’établissant à 6.920,5 milliards contre 6.988,1 milliards en 2018. La part relative des achats extérieurs de biens de consommation, constituée essentiellement de produits alimentaires (55,8%), est ressortie à 31,5% en 2019 contre 33,1% en 2018, soit un recul de 1,6 point de pourcentage.

« Le niveau important des importations de biens de consommation reflète la dépendance relativement importante des Etats de l’UEMOA aux produits de consommation en provenance de l’étranger », souligne la BCEAO.

L’institut d’émission ajoute par ailleurs que les achats extérieurs de produits alimentaires se sont repliés de 4,1% par rapport à leur niveau de l’année précédente, en raison essentiellement des mesures prises par le Nigeria à travers la fermeture de sa frontière avec le Bénin et le Niger.

L’orientation baissière des importations de produits alimentaires est imputable principalement aux achats à l’extérieur de riz (-16,3%), dont les effets ont été modérés par les approvisionnement en blé (+11,7%), en produits de laiterie (+6,5%) et en sucre (+2,0%). Les importations de riz proviennent principalement de l’Asie (95,3%), en particulier de la Thaïlande (27,0%) et de l’Inde (29,7%). Quant aux acquisitions de blé, le continent européen, avec une part relative de 91,2%, est la principale zone de provenance. La France est le premier pays de provenance du blé importé par l’UEMOA avec une part de 51,0%. Les produits de laiterie sont fournis principalement par l’Europe (67,9%) et l’Afrique (10,8%).

Quant aux importations de sucre, elles proviennent essentiellement du continent américain (57,9%), en particulier du Brésil (49,6%), de l’Europe (16,8%), notamment la France (10,2%) ainsi que de l’Asie (11,6%).

Durant la période sous revue, les achats extérieurs de produits énergétiques de l’UEMOA se sont réduits de 0,8% par rapport à leur niveau de 2018 pour ressortir à 4.300,2 milliards de FCFA, dans un contexte de recul des cours du pétrole sur le marché international. Comparés aux acquisitions totales en valeur, les produits énergétiques importés ont représenté 19,5%, en repli de 1 point de pourcentage par rapport à leur poids de 2018.

La plupart des produits énergétiques importés proviennent de l’Europe (33,0%), de l’Afrique (51,8%) notamment du Nigeria (23,8%) et, dans une moindre mesure, de l’Amérique (7,4%) ainsi que de l’Asie (6,3%). Les achats extérieurs de l’Union en pétrole brut sont effectués principalement au Nigeria, avec une part estimée à 92,9% en 2019 contre 88,7% en 2018, soit un accroissement de 4,2 points de pourcentage. Il faut préciser que les pays de l’Union se procurent des produits pétroliers raffinés à travers leurs échanges intra-communautaires (34,4%) et auprès de l’Union Européenne (32,9%).

Les principaux fournisseurs du marché régional sont les trois raffineries de l’UEMOA (la Société Ivoirienne de Raffinage en Côte d’Ivoire, la Société Africaine de Raffinage au Sénégal et la Société de Raffinage de Zinder au Niger) et les sociétés pétrolières multinationales implantées dans l’Union tels que ADDAX, ORYX, TRAFIGURA, etc.

La zone de l’UEMOA procède aussi à des importations de produits divers (articles de divertissement, articles pour sport, ouvrages divers, appareils d’éclairage, enseignes lumineuses, etc.). Ceux-ci ont augmenté de 6,5% en 2019 pour se situer à 1.813,9 milliards de FCFA contre 1.703,7 milliards de FCFA  en 2018. Selon la BCEAO, la plupart des produits divers sont achetés en Asie (38,0%), notamment en Chine (20,5%) ainsi qu’en Europe (34,1%).

Que dire des principaux fournisseurs de l’Union en 2019 ? Sur ce point, le rapport de la BCEAO indique que les principales sources d’approvisionnement des pays de l’UEMOA sont l’Europe, notamment l’Union Européenne, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique. Sans surprise, l’Europe est restée au premier rang des fournisseurs de l’Union avec une part dans les importations totales estimée à 41,9% en 2019 contre 41,1% en 2018, en augmentation de 0,8 point de pourcentage. Les achats de l’Union sont effectués notamment dans la Zone euro (29,8%), spécifiquement en France qui concentre 13,5% des importations totales de la Zone.

La part des achats extérieurs de l’UEMOA en provenance du continent asiatique s’est établie à 34,1% en 2019, en repli de 1,3 point par rapport au poids enregistré en 2018. Les approvisionnements de l’Union en provenance de ce continent proviennent essentiellement de la Chine (16,5%) qui est devenue depuis 2016, le premier fournisseur des pays de l’Union. La part des produits acquis en provenance du continent africain est ressortie en baisse de 0,7 point de pourcentage en 2019 (15,0%) par rapport aux réalisations de 2018 (15,7%).

Les achats extérieurs effectués auprès de l’Europe au cours de l’année 2019 sont composés pour l’essentiel de biens d’équipement (29,0%), de biens intermédiaires (20,5%) et de produits alimentaires (15,7%) ainsi que des produits pétroliers raffinés (17,4%).

Quant aux acquisitions de biens en provenance de l’Asie, ellessont composées essentiellement de produits alimentaires, principalement le riz en provenance de la Thaïlande et de l’Inde, de biens d’équipement et intermédiaires, avec des parts relatives de 25,9%, 33,2% et 22,3% respectivement. Les biens intermédiaires en provenance de l’Asie sont livrés notamment par la Chine (32,1%), le Japon (21,7%), l’Inde (13,8%) et les Emirats Arabes Unis (12,9%).

Concernant la part des importations de l’Union en provenance du continent africain, elle est ressortie à 15,0% en 2019 contre 15,7% un an auparavant, soit un recul de 0,7 point de pourcentage. « Le Nigeria demeure le premier fournisseur africain de l’Union avec une part de 6,7% du total des importations de la zone », renseigne la BCEAO. La part des importations de l’Union en provenance des autres pays africains hors Afrique du Sud est restée stationnaire à 4,4%.

En revanche, la part des acquisitions de l’Union en provenance des autres pays de la CEDEAO dans les importations totales a baissé en 2019, s’établissant à 9,1% contre 9,5% en 2018. Les marchandises achetées à partir des autres pays de cette zone portent notamment sur les produits énergétiques (69,8%), les biens intermédiaires (13,2%) et les produits alimentaires (8,0%). La Côte d’Ivoire et le Sénégal sont les premières destinations des produits en provenance des autres pays de la CEDEAO, avec des parts respectives de 53,2% et 17,4% en 2019.

Les principaux pays fournisseurs sont le Nigeria et le Ghana, avec des parts respectives estimées à 37,0% et 35,3% en 2019 contre 78,9% et 18,8% en 2018. Les achats extérieurs des pays de l’UEMOA en provenance de ces deux pays sont composés essentiellement de produits énergétiques, de produits chimiques et d’appareils électriques.

Pour ce qui est des acquisitions de biens en provenance du continent américain, elles ont augmenté de 0,9 point de pourcentage en 2019 par rapport à 2018. C’est ainsi que la part des achats extérieurs de l’Union effectués en Amérique est ressortie à 7,8% en 2019 contre 6,9% un an auparavant. Les importations en provenance de ce continent sont composées principalement de biens de consommation, de biens d’équipement et intermédiaires ainsi que de produits pétroliers raffinés.

L’analyse des parts des importations par pays fait ressortir une prédominance de la Côte d’Ivoire, qui représente 28,4% des achats à l’extérieur de l’UEMOA en 2019 contre 29,3% en 2018, suivi du Sénégal (21,7% contre 21,3%), du Mali (13,5% contre 12,4%) et du Burkina Faso (11,2% contre 11,5%). « En termes de contribution à la croissance par pays, souligne la BCEAO, un examen des achats extérieurs montre que les contributeurs à la progression des achats de produits étrangers sont la Côte d’Ivoire (+4,3%), le Mali (+4,2%), le Sénégal (+2,7%), le Burkina (+1,0%) et le Togo (+0,3%) ». Concernant le Bénin, la Guinée-Bissau et le Niger, leurs contributions ressortent respectivement à -1,2%, -0,1% et -0,5%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here