Le président de la Commission de la CEMAC Daniel Ona Ondo fixe le cap.
Des vents contraires secouent la Commission de la CEMAC et pourraient fragiliser le Gouvernement communautaire d’Afrique centrale au point d’entraîner une redistribution des cartes à mi-mandat. Décryptage. Le Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) dont de fiables informations annoncent la tenue par visioconférence «dans les prochains jours» pourra-il éplucher tous les dossiers cruciaux sur les réformes économiques et financières, la gouvernance des Institutions, la pandémie du COVID-19 et l’intégration communautaire en Afrique centrale ? S’il est difficile de répondre avec exactitude à ce questionnement qui relève du pouvoir discrétionnaire des Chefs d’Etat,


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis