Endettement: le chemin de croix de l’Argentine

0
Alberto Fernandez tient la canne présidentielle lors de sa prise de fonctions à la tête de l’Etat argentin, le 10 décembre 2019, à Buenos Aires.

Au moment où son ex-président, Mauricio Macri, responsable de son endettement massif (100% du PIB) au nom d’une politique ultra-libérale en échec, foulait le sol de la France, le résultat d’un test covid-19 négatif en main comme l’exige le protocole sanitaire, l’Argentine parvenait à arracher un accord in-extrémis avec le FMI, le 4 août, pour la restructuration d’une dette de 65 milliards de dollars avec ses principaux créanciers, pour une publique totale de 315 milliards de dollars.

Au terme d’un mandat chaotique (2015-2019), ponctuée par une inflation à 55%, l’ex président qui se réclame de la même tendance que Donald Trump et Jair Bolsonaro a été battu aux élections présidentielles dès le premier tour par son challenger péroniste Alberto Fernandez, ouvrant la voie à une restructuration douloureuse et difficile.

Trois principaux groupes de détenteurs d’eurobonds ont exprimé leur accord pour soutenir la proposition de l’Argentine avec certains ajustements, ce qui accordera au pays un allégement significatif de sa dette. Les modifications incluent une modification des dates de paiement, qui interviendra en janvier et juillet au lieu de mars et septembre, des amortissements anticipés, des échéances raccourcies des obligations offertes et des clauses d’action collective modifiées suite aux propositions soumises par les créanciers.

Le gouvernement argentin a prolongé la date d’expiration de l’offre de restructuration du 4 août 2020 au 24 août 2020 à 17 h 00, heure de New York. Les résultats seront annoncés le 28 août 2020, avec un règlement le 4 septembre 2020. La nouvelle a été accueillie positivement par le marché – les prix des obligations internationales souveraines ont augmenté de 6 à 12% en fonction de la durée, la plupart d’entre eux a approché le maximum de 2020.

Kristalina Georgieva, présidente et directrice générale du Fonds monétaire international, a également félicité le président et ministre des Finances de l’Argentine pour cette étape importante dans son twitter. Les mois prochains, elle dirigera les négociations entre l’Argentine et le FMI. “L’Argentine « a la volonté de payer » sa dette extérieure, mais n’a pas « les moyens de le faire », avait prévenu le président Alberto Fernandez, en appelant le Fonds monétaire international (FMI) à développer une relation « constructive », lors de son discours de prise de fonctions. Il semble que la posture franche ait été payante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here