Gabon, prisonnier des émeutes de Libreville et de Port-Gentil

0
Par Balla Moussa Keita.

Les chroniques du prince Mandingue.


Me voilà de retour à Libreville par un beau samedi 19 mai 1990. Soit un mois avant le discours  de la Baule écrit, paraît-il par Erik Orsenna, nom de plume d’Éric Arnoult (membre de l’Académie Française)  et prononcé par le président François Miterrand, le 20 juin 1990, et qui se répandra dans toute l’Afrique francophone comme un feu de brousse, ébranlant les partis uniques et poussant les pères de la Nation à décréter le multipartisme plus ou moins tribalisé au terme des conférences nationales où les soutanes des prêtres auront pesé de tout leur poids moral.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here