A Bruxelles, la diaspora Bissau-guinéenne dénonce le gouvernement Embaló

0

Ce jeudi 23 juillet 2020, des centaines de Bissau-guinéens ont organisé une manifestation devant les institutions européennes. Les manifestants dénoncent ce qu’ils ont appelé ” l’auto-proclamation de Umaro Sissoco Embaló”.

“Le premier tour de cette élection, en novembre 2019, a vu le candidat de la majorité parlementaire arriver en tête du scrutin. Alors que les résultats du second tour des élections faisaient l’objet de contestations des deux parties, et pendant que les deux instances en charge de leur validation (la Commission Électorale et la Cour Suprême) tentaient d’harmoniser leurs conclusions, l’un des deux candidats à la Présidentielles de Novembre 2019, Umaro Sissoco Embaló s’est auto- proclamé Président et a organisé un simulacre d’investiture avec le concours de l’Armée Nationale”.

Le communiqué parle du renversement de l’ordre constitutionnel légal. “Dans la même foulée, M. Embaló a renversé le Gouvernement issu des Législatives de Mars 2020. Faisant suite à ce Coup d’État, les membres du Gouvernement légitime ont été privés de leurs libertés, se sont fait kidnappés, humiliés et persécutés à leur domicile par les forces armées nationales”. Des Députés sont kidnappés et torturés dans l’impunité la plus totale…”

Pour les manifestants, “le trafic de drogue semble avoir repris de plus belle depuis ce coup de force”. Une question qui avait été posée récemment au président bissau guinéen sur France 24. “Avec mon élection, le trafic de drogue est terminé”, avait-il répondu.

Saisis de la situation politique du pays, ce mois de juillet 2020, le Conseil de Sécurité des Nations Unies a insisté sur la nomination d’au moins un premier ministre issu des élections législatives de mars 2019. Face au silence de la Communauté Internationale, la diaspora Bissau-guinéenne avec le soutien de la diaspora africaine de Belgique, a battu le macadam, interpellant l’Union européenne, partenaire privilégié de la Guinée Bissau, signataire des accords ACP-EU qui désormais conditionnent la coopération au respect des droits humains et de la Démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here