L’hebdo des devises africaines: l’éco planifiée, l’unification des taux du Naira en discussion….

0

Planification de l’éco

La planification de la nouvelle monnaie ouest-africaine ECO a repris après une accalmie depuis l’épidémie de Covid-19, les États membres travaillent actuellement sur les modalités d’engagement. Lors de sa deuxième réunion ordinaire de l’année, ce lundi, la Banque centrale au service des huit pays membres du franc CFA – le Comité de politique monétaire de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) – réduit les taux d’intérêt de son guichet de prêt marginal de 4,5 % à 4 % et abaisse les taux d’intérêt minimaux pour les injections de liquidités de 2,5 % à 2 %. La banque centrale a maintenu les réserves obligatoires à 3 %.

Le rand stable car la remontée du risque l’emporte sur les avertissements

Dans une semaine dramatique d’annonces de relance et d’avertissements économiques, le rand a à peine bougé , se négociant à des niveaux de 17,46 le dollar. Les gains de la monnaie ont diminué par rapport au taux de début de semaine où elle avait atteint 17,20, les signes d’un appétit accru pour le risque à l’échelle mondiale l’emportant sur les faibles indicateurs économiques au pays. Le Trésor a annoncé un plan de relance de 500 milliards de rands (29 milliards de dollars) dans un contexte de gonflement de la dette, un déficit budgétaire qui devrait grimper à 15,7 % du PIB par rapport aux 6,5 % projetés plus tôt dans l’année, et les attentes officielles d’une contraction économique de 7,2 % en 2020. le pire observé en 90 ans. Avec une grande partie de la morosité économique déjà présente depuis le début de l’année, nous voyons la monnaie continuer à se négocier à plat à court terme dans l’ensemble.

L’unification des taux du naira observée au niveau le plus élevé de la NAFEX

Le naira a continué de subir des pressions, passant de 455 à 460 sur le marché parallèle, avec une demande accrue de dollars et de paris de la part des spéculateurs. Au milieu des appels à l’unification des taux de change multiples du Nigeria, le gouverneur de la Banque centrale nigériane, Godwin Emefiele, lors d’une conférence en ligne des investisseurs cette semaine, a indiqué que le taux devrait être autour du niveau NAFEX, qui est actuellement de 380 pour le dollar. L’objectif politique à long terme est un net positif pour le naira.

Les perspectives négatives de Fitch Rating pèsent sur le Shilling Kenyan

Le shilling est tombé à 106,45 de 106,20 par dollar cette semaine, alors que Fitch Ratings a réduit ses perspectives sur la note de défaut à long terme des émetteurs de devises du Kenya, passant de stable à négatif. Compte tenu du ralentissement du commerce mondial, Fitch prévoit une baisse d’au moins 30 % des exportations agroalimentaires et une baisse du tourisme, limitant la croissance économique à 1 % pour 2020. La possibilité d’une dégradation des notations pourrait entraîner une hausse des coûts d’emprunt des taux de change pour le gouvernement et les entreprises. La Banque centrale Kenyane a maintenu son taux d’intérêt débiteur de référence à 7 % lors d’une réunion du Comité de politique monétaire hier, affirmant que les récentes mesures stratégiques ont l’effet escompté sur l’économie. Les entrées de fin de mois provenant des exportations horticoles et des envois de fonds des diasporas devraient équilibrer la demande en dollars des producteurs et importateurs de pétrole au cours de la semaine à venir, ce qui créera une stabilité pour le shilling, tandis que l’économie se rouvrira progressivement grâce aux mesures de limitation du Covid-19.

Les élections en Ouganda renforcent la pression sur le shilling

Les chaînes d’approvisionnement perturbées, l’affaiblissement de la demande mondiale en devises et l’épidémie de sauterelles dans la région ont réduit les entrées provenant de la production agricole, le shilling ougandais passe de 3730 shillings à 3720 shillings cette semaine. Les pressions s’intensifient également sur l’arène politique, alors que le gouvernement poursuit ses projets d’élections générales en février prochain. Malgré les restrictions du Covid-19, le principal leader de l’opposition ougandaise a insisté pour organiser des rassemblements en plein air dès le début de la campagne électorale. Nous prévoyons une pression soutenue sur le shilling à court terme.

Source: AZA, maison mère de BFX

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here