La BAD finance la construction des infrastructures routières au Cameroun

0
Construction continues on a new road being built, which will join the industrial area of Pinetown to the north of Durban and the city's airport, February 11, 2013. Although President Jacob Zuma announced last year that South Africa would spend $95 billion on roads, ports and railways before 2015, the country faces a myriad of problems in trying to roll out the infrastructure plan - from bad planning and skills shortages to contract problems and corruption. Picture taken February 11, 2013. REUTERS/Rogan Ward (SOUTH AFRICA - Tags: BUSINESS CONSTRUCTION) - RTR3DO9H

La Banque africaine de développement ouvre une ligne de crédit de 12 milliards de FCFA au Cameroun pour la construction d’un axe routier devant relier le Nigeria.

Par Achille Mbog Pibasso

Le projet d’aménagement de la Ring-Road dans la région du Nord-ouest en proie à des violences sécessionnistes devrait connaître un coup d’accélérateur dans les prochains mois avec la mise à la disposition du Cameroun par la Banque africaine de développement (BAD) d’une enveloppe de 12 milliards de FCFA.   

Une décision du chef de l’Etat camerounais Paul Biya rendue publique le 11 octobre 2019 habilite le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer un accord de prêt dans ce sens avec la banque continentale.

Dans un communiqué, l’institution financière panafricaine précise qu’il s’agit là de « la troisième intervention de la BAD dans le cadre du Programme d’appui au secteur des transports au Cameroun, plus précisément pour la mise en œuvre du projet de réhabilitation et de modernisation du réseau routier ».

Longue de 357 km pour un coût estimé à 143 milliards de FCFA cette route sous forme de boucle autour des axes Bamenda-Ndop-Kumbo-Nkambe-Misaje-Nyos-Weh-Wum-Bamenda, permettra non seulement de désenclaver cette partie du pays, mais contribuera également d’améliorer les échanges économiques et commerciaux entre le Cameroun et le Nigeria.

Ledit financement a-t-on indiqué a été approuvé l’année dernière, mais a dû être gelé pour des raisons sécuritaires. Sa réactivation laisse croire que les parties prenantes sont conscientes que les conditions de sécurité sont réunies pour la reprise des travaux, d’autant qu’elle intervient au lendemain du Grand dialogue national (GDN) organisé du 30 septembre au 04 octobre 2019 à l’initiative du président Paul Biya et dont l’une des recommandations visant à doter les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest d’un statut spécial a été dans l’ensemble bien accueillie.

Cette détérioration de la situation sécuritaire n’a pas favorisé l’évolution des travaux, puisque seul le tronçon Ndop-Kumbo, d’un linéaire de 60 km est totalement achevé. Pourtant, la réalisation de ce projet devrait positivement impacter sur les transports, augmentant notamment le trafic de passagers et de marchandises et réduisant les coûts et les tracasseries de transport aussi bien dans cette partie du pays qu’avec  le Nigeria.

Le Nigeria est depuis des années, le premier partenaire commercial du Cameroun en Afrique avec une instance activité, nonobstant des attaques de la secte terroriste Boko Haram. Si des exportations camerounaises se chiffraient à 52 milliards de FCFA en 2018 les importations étaient évaluées à 388 milliards de FCFA pendant la période considérée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here