Xénophobie et politique de parti en Afrique du Sud

0

Par Alpha Waly Diallo*.

Dans une société où la violence contre les ressortissants étrangers est omniprésente et où les sentiments xénophobes sont courants, d’irresponsables dirigeants continuent de se mettre à l’eau dans un climat de crise. Alors que la campagne pour les élections nationales de 2019 s’empare de la politique sud-africaine, toutes sortes de déclarations xénophobes sont prononcées par la plupart des partis politiques qui voient dans la rhétorique anti-immigrés, xénophobe et afrophobe un moyen d’attirer les votes.

Par des mensonges flagrants, des abus alarmistes, les étrangers sont blâmés pour les nombreux malheurs et maux sociaux de l’Afrique du Sud. Tous les partis politiques sont coupables. Des politiciens affirment que les étrangers inondent l’Afrique du Sud et sapent la sécurité, la stabilité et la prospérité du pays. Pourtant, selon le recensement de 2011, l’Afrique du Sud n’est pas submergée par les immigrants, avec quelque 2,2 millions de migrants internationaux (environ 4% de la population).

L’ANC envisage de construire des murs plus hauts pour freiner les migrants

Les statistiques Sud-Africaines de la Communauté (enquête de 2016) fixent le nombre de personnes nées à l’étranger à 1,6 million sur une population de 55 millions à l’époque. Bien qu’il y ait un certain nombre de problèmes méthodologiques avec l’enquête communautaire (Stats SA), il serait probable que ce chiffre soit exact, d’autant que le ministère de l’Intérieur a expulsé près de 400 000 ressortissants étrangers depuis 2012. L’Afrique du Sud est l’un des pays les plus inégalitaires au monde. Plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté. Les inégalités et difficultés vécues par la majorité des Sud-Africains sont enracinées dans l’héritage raciste colonial, la politique d’Apartheid, ainsi que dans les échecs post-1994 de la politique visant à transformer l’économie et la société.

Pourtant, en écoutant de nombreux politiciens, on a l’impression que c’est la faute des migrants. Le gouvernement dirigé par l’ANC et l’Alliance démocratique (DA) veulent tous deux construire des clôtures plus hautes à la frontière pour empêcher les étrangers d’entrer car accusés de saper le développement socio-économique et la sécurité de l’Afrique du Sud. Les politiciens affirment que les étrangers sont la principale raison des taux élevés de criminalité; les immigrés sont blâmés pour les difficultés vécues par les Sud-Africains pauvres et pour avoir envahi les villes d’Afrique du Sud.

En 2017, le vice-ministre sud-africain de la police avait affirmé que la ville de Johannesburg avait été reprise par des étrangers, précisant que 80% de la ville était contrôlée par eux. Si cela n’est pas arrêté d’urgence, avait-il ajouté, l’ensemble du pays “pourrait être dominé à 80% par des ressortissants étrangers et le futur président de l’Afrique du Sud pourrait être un ressortissant étranger”.

Le nouveau maire de Johannesburg parle lui, souvent, de «notre peuple» en opposition à «ces gens» [les étrangers] qui font de l’Afrique du Sud une «société sans loi». Les Combattants pour la liberté économique (EFF, Economic Freedom Fighters de Julius Malema) se sont demandés s’il était possible de faire confiance à ceux qui sont nés à l’extérieur du pays, voire même de personnes nées à l’étranger issus de parents sud-africains, ou encore de pouvoir être considérés comme de «bons Sud-Africains».

Le Mouvement de base africain, un parti politique nouvellement enregistré, avait, lui, appelé tous les étrangers à quitter l’Afrique du Sud avant fin de 2018

Tout en parlant de leur projet de diriger un gouvernement de coalition au niveau national s’ils obtiennent suffisamment de voix en 2019, le DA, le Congrès du peuple et le Front de la liberté de droite Plus, ont promis de placer des étrangers dans des camps plutôt que de les laisser errer librement dans les villes sud-africaines. Le Mouvement de base africain, un parti politique nouvellement enregistré, avait, lui, appelé tous les étrangers à quitter l’Afrique du Sud avant fin de 2018. Ce parti affirmait que les étrangers envisageaient de dominer le pays dans quelques années et doivent donc être arrêtés par tous les moyens. Comble de l’extrême, ce mouvement envisageait aussi de rendre illégal pour les étrangers le fait d’épouser des citoyens sud-africains. Le procureur, à l’approche des élections de l’année prochaine, a émis un nouveau slogan nationaliste “Tous les Sud-Africains d’abord.”

Comme l’a récemment souligné un éditorial du Mail and Guardian, ce slogan «s’inscrit dans le sentiment des Sud-Africains que d’autres immigrants pauvres ….. ». Ce n’est rien d’autre qu’une «tentative de coopter le nationalisme [et la rhétorique anti-immigrés] tant en vogue dans une grande partie du reste du monde en ce moment.»

bien entendu, aucune de ces rhétoriques anti-immigrants n’est réellement fondée. Les études montrent que les immigrants ne volent pas d’emplois aux Sud-Africains et que les étrangers ne sont pas responsables de niveaux élevés de criminalité. La majorité des ressortissants étrangers ne reçoivent pas non plus de soutien du gouvernement, comme les subventions sociales, et doivent se débrouiller seuls pour survivre. Mais les faits ne semblent pas avoir d’importance dans la politique sud-africaine. Pourquoi les politiciens choisiraient-ils de faire face à la colère légitime de millions de Sud-Africains pauvres et désespérés alors qu’ils peuvent revenir à une rhétorique anti-immigrée et rejeter le blâme à ceux qui n’ont pas voix au chapitre, les gens qui représentent entre trois et quatre pour cent de la population?

Les immigrants pauvres et non qualifiés, qui sont principalement originaires du continent africain, seront empêchés de venir et de rester en Afrique du Sud par tous les moyens, «même si cela est qualifié de comportement anti-africain»

Si, ou plutôt lorsque la violence xénophobe explose et que les immigrants sont battus, déplacés, torturés, tués et/ou brûlés vifs, alors que leurs biens et leurs biens sont pillés, comme cela s’est produit à maintes reprises dans le passé, les politiciens diront que cela n’a rien à voir avec la xénophobie. C’est juste de la criminalité. Les politiciens n’assumeront aucune responsabilité dans les dérives inhumaines de ce sentiment xénophobe. Le négationnisme sera à l’ordre du jour. Alors que les partis d’opposition ont fait de la rhétorique xénophobe et du sectarisme, le gouvernement dirigé par le Congrès national africain a déjà élaboré et approuvé des plans d’immigration anti-pauvres et anti-africains.

Le gouvernement considère les migrants et les demandeurs d’asile africains pauvres et non qualifiés comme des menaces à la sécurité et à la prospérité du pays. Le Livre blanc sur les migrations internationales, approuvé par le gouvernement en mars 2017, sépare les immigrants en personnes «dignes» et «indignes». Les étrangers qui ont des compétences et de l’argent sont les bienvenus dans le pays et peuvent rester en Afrique du Sud en permanence. Les immigrants pauvres et non qualifiés, qui sont principalement originaires du continent africain, seront empêchés de venir et de rester en Afrique du Sud par tous les moyens, «même si cela est qualifié de comportement anti-africain», comme annoncé par l’ancien ministre de l’Intérieur, Hlengiwe Mkhize, en juin 2017.

Séparer les immigrants entre ceux qui peuvent contribuer à l’économie du pays et ceux qui ne le peuvent pas est enraciné dans la pensée raciste, suprématiste blanche.

Le débat sur l’immigration en Afrique du Sud est centré sur la question de savoir si les étrangers peuvent bénéficier à l’économie. Séparer les immigrants entre ceux qui peuvent contribuer à l’économie du pays et ceux qui ne le peuvent pas est enraciné dans la pensée raciste, suprématiste blanche. Ainsi, la nouvelle politique d’immigration de l’Afrique du Sud reflète celle des États-Unis, de l’Australie et une grande partie de l’Europe occidentale. Seuls les exceptionnels, privilégiés, qualifiés, productifs et aisés sont les bienvenus. Les indignes, des “pays de merde” se verront refuser l’accès. L’un des aspects les plus controversés du Livre blanc sur les migrations internationales est le projet d’établir des centres de traitement des demandeurs d’asile. Ces centres seront utilisés pour la détention des demandeurs d’asile pendant que leurs demandes sont traitées par les autorités sud-africaines. Le recours à la détention générale pour gérer les migrations internationales serait contraire à la Constitution sud-africaine.

Cyril Ramaphosa avait fermement rejeté les propositions visant à construire des centres de détention pour les migrants africains en Afrique du Nord …

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, avait fermement rejeté les propositions visant à construire des centres de détention pour les migrants africains en Afrique du Nord visant à freiner la migration vers l’Europe. Ramaphosa avait déclaré que cela s’apparentait à la création de prisons pour les peuples de notre continent et “je ne vois pas comment les dirigeants africains peuvent alors adhérer à cette politique”, s’était-il ému. Pourtant, son gouvernement prévoit de suivre des propositions similaires. Il est important de se rappeler que la grande majorité de ceux qui rejettent ou n’aiment pas les étrangers en Afrique du Sud sont des immigrants anti-noirs et afrophobes. Les étrangers blancs et les immigrants ne connaissent pas la xénophobie en Afrique du Sud. Il est réservé principalement aux pauvres étrangers noirs du continent africain. Le sectarisme xénophobe et afrophobe reste à l’ordre du jour dans la « nation arc-en-ciel » et risque de devenir plus marqué avec une laideur inouïe à mesure que les élections se rapprocheront. Nous continuerons d’entendre les politiciens blâmer les migrants étrangers, les demandeurs d’asile et les réfugiés pour bon nombre des maux sociaux et des difficultés vécues par la majorité des Sud-Africains. On pourrait s’attendre à mieux de la direction politique du pays, mais l’Afrique du Sud n’est pas encore là.

A propos de l’auteur

Spécialiste des relations internationales et économiste, Alpha Waly Diallo a travaillé pendant longtemps dans les missions diplomatiques sud-africaines, ayant participé à l’ouverture des représentations sud-africaines sur le continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here