RD Congo : le FMI s’attend à un repli de la croissance en 2019

0
Le Président congolais, Felix Antoine TSHISEKEDI , rencontrant, le 5 avril dernier à Washington, la Directrice générale du FMI, Christine LAGARDE.

La croissance du PIB de la République démocratique du Congo (RDC) devrait fléchir à 4,3 % en 2019 contre 5,8 % en 2018, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Dans un communiqué publié sur son site web, l’institution attribue ce repli à la baisse des prix du cuivre et du cobalt après les pics enregistrés en 2018. « Un déficit budgétaire de 0,2 % du PIB est attendu, car les recettes minières devraient être plus faibles qu’en 2018. Le déficit courant devrait tomber à 3,5 % du PIB, et les réserves de change de la banque centrale devraient monter à 3,7 semaines d’importations », ajoute-t-elle.

En 2018, la croissance du PIB réel avait été portée par la hausse des prix et de la production du cuivre et du cobalt. « Un faible excédent budgétaire de 0,4 % du PIB a été enregistré, grâce à la vigueur des prix à l’exportation et à l’augmentation du volume des exportations, ainsi qu’au relèvement des taux d’imposition appliqués aux exportations minières au titre du code minier révisé 2018 », indique le communiqué.

Par ailleurs, le FMI relève que « le climat des affaires reste difficile » en raison d’un large éventail de facteurs, notamment « la complexité de la fiscalité et la vulnérabilité judiciaire ». Et d’ajouter que « les coûts de production sont élevés en raison de l’insuffisance des infrastructures ».

« Problèmes de développement considérables »

« La RDC est confrontée à des problèmes de développement considérables en dépit de sa richesse en ressources naturelles », souligne le FMI qui évoque, entre autres, « la plus grande flambée de l’épidémie de maladie à virus Ébola ».

Par ailleurs, l’institution ajoute que la transition politique « pacifique » offre une occasion de procéder à des réformes pour « réduire la pauvreté omniprésente, créer des emplois et promouvoir une croissance inclusive ». « Il est essentiel de consolider ces gains pour aller de l’avant », recommande le FMI qui salue une « politique macroéconomique prudente » ayant « contribué à une reprise après la baisse des prix à l’exportation en 2016-2017 ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here