Crédits bancaires : La zone UEMOA renoue avec la dynamique baissière des taux débiteurs en 2018

0

Après une quasi-stabilité en 2017, le taux d’intérêt débiteur moyen (calculé hors commissions et charges liées à la mise en place des crédits bancaires) appliqué par les banques de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) à leur clientèle a renoué avec sa dynamique baissière entamée depuis 2010, selon les données de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

 Le coût de crédit est ainsi passé de 6,92% en 2017 à 6,79% en 2018, soit une diminution de 13 points de base. La Banque Centrale renseigne que sur les neuf dernières années, les taux débiteurs ont chuté de 177 points de base.

La baisse du taux débiteur moyen est constatée dans la plupart des pays de l’UEMOA durant la période sous revue. Le coût de crédit a ainsi diminué au Niger (-45,7 points de base), en Guinée Bissau (-20,1 points de base), au Mali (-12,9 points de base), au Bénin (-10,2 points de base), en Côte d’Ivoire (-9,0 points de base) et au Sénégal (-8,7 points de base).

Par contre, la Banque Centrale a relevé des augmentations au Burkina (+22,4 points de base) et au Togo (+6,4 points de base).

Sur un autre registre, les taux débiteurs destinés à la clientèle ont également baissé, dans leur ensemble, au cours de l’année 2018. « Les principales bénéficiaires de la réduction de coût des crédits sont les particuliers (-48 points de base), les sociétés d’Etat (-11 points de base), les entreprises privées (-13 points de base) et les entreprises individuelles (-7 points de base) », souligne la BCEAO.

Concernant l’objet du crédit, l’assouplissement de taux a été observé au niveau des concours pour l’habitation (-45,0 points de base), l’exportation (-26,8 points de base), la trésorerie (-18,4 points de base) et la consommation (-12,9 points de pourcentage). En revanche, le taux appliqué aux crédits d’équipement est en hausse de 23,0 points de base.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here