Le Président AKufo-Addo et le President Xi Jinping de Chine.
Le Fonds monétaire international (FMI) a émis des réserves concernant le deal de 2 milliards de dollars entre Sinohydro et le Ghana portant sur l’exploitation de la bauxite contre les infrastructures. Aux yeux de l’institution multilatérale, certaines clauses de cet accord pourraient limiter le pays ouest-africain dans l’utilisation de ses propres ressources. Conformément à l’accord, la Société ghanéenne de développement de l’aluminium intégré (GIADC) est tenue de créer un compte séquestre offshore pour les revenus générés par la vente de bauxite. Le FMI est d’avis que le fait d’engager de futures créances de bauxite sur le service de la dette


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis