Les défis de Mohamed Karim Mounir à la tête de la BCP (Maroc)

0

Réuni ce 1er novembre, le  Conseil d’Administration de la Banque Centrale Populaire, a entériné la nomination   de Mohamed Karim Mounir au poste de PDG.

Le nouveau PDG a été installé dans ses fonctions en marge d’une cérémonie présidée par son prédécesseur et actuel ministre  de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun.  L’occasion pour ce dernier de féliciter le nouveau venu pour la confiance royale placée en lui et de se dire rassuré quant aux perspectives de développement de l’institution.  Officiant à la BCP depuis 1997, Mohamed Karim Mounir est lauréat  de l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs de Rabat (super major de la promotion 1982) et du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris.

 

<Le nouveau PDG de la BCP (ici à gauche) en compagnie de monsieur Benchaâboun, ministre marocain de l’Economie et des Finances.

Directeur Général de la Banque Centrale Populaire (BCP) depuis octobre 2011, fonction qu’il cumule avec  la Direction Générale de Upline Group et de BP Shore Group Mohamed Karim Mounir a débuté  sa carrière professionnelle en 1982, en qualité d’Ingénieur au sein du Groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) où il a exercé à différents niveaux de responsabilité et a piloté les activités liées au Système d’Information du Groupe de 1987 à 1997.

 

Karim MOUNIR a rejoint la BCP en 1997 et a occupé progressivement différents postes de responsabilité dans les métiers des Systèmes d’Information, de la Gestion Globale des Risques et des Activités de Support avant d’être nommé Directeur Général en 2011.

Il a contribué très activement aux côtés du Président BENCHAABOUN à l’expansion du Groupe Banque Populaire à l’International et à la diversification des activités du Groupe avec la création et le développement de filiales spécialisées dans les activités para-bancaires et de services.

L’un des grands défis du nouveau président de la BCP restera de mener à terme la reprise annoncée des filiales de la française BPCE en Afrique et le maintien du rythme de croissance des filiales africaines.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here