Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé le 18 juillet 2018 à Nairobi que son pays doublerait sa participation dans la plateforme panafricaine d’investissement dans les infrastructures Africa50, portant ainsi son investissement actuel à 100 millions de dollars.

«Le Kenya doublera son investissement en Afrique50 à 100 millions de dollars. Nous pensons que cet investissement est justifié », a déclaré le président Kenyatta en marge de la troisième assemblée générale des actionnaires.

Le fonds Africa 50 prévoit de développer un projet de construction de lignes de transport d’électricité à haute tension de 300 kilomètres dans l’ouest du Kenya.

Il a lancé un appel urgent en faveur du développement et du financement de projets d’infrastructure bancables pour stimuler la croissance de l’Afrique. “Le secteur privé doit intensifier et nous aider à combler le déficit d’infrastructure sur le continent africain. Le financement public est limité et il existe des priorités concurrentes “, a-t-il déclaré.

Dans son allocution d’ouverture, Akinwumi Adesina, Président du Groupe de la Banque africaine de développement et Président du Conseil d’administration d’Africa50, a déclaré: «Nous devons agir avec rapidité et urgence. Nos gens n’attendent rien d’autre. »Il a souligné l’importance d’améliorer les cadres des partenariats public-privé pour le financement des infrastructures. “C’est là que le rôle d’Africa50 devient très important”, a-t-il dit, appelant les autres pays qui ne sont pas encore devenus actionnaires d’Africa50 à le faire.
Alain Ebobissé, PDG d’Africa50, a quant à lui remercié le président Kenyatta et le président Adesina pour leur présence et leur soutien, soulignant l’urgence de mettre fin à plus de projets d’infrastructures et de répondre aux besoins croissants du continent.
Je crois qu’un changement pour accélérer la mise en œuvre du projet se produira lorsque suffisamment de parties prenantes du secteur public et privé réaliseront que les coûts d’opportunité de la mise en œuvre tardive du projet sont trop élevés. Ne rien faire coûte de l’argent “, a déclaré M. Ebobissé.

Il a expliqué que compte tenu de l’organisation souple d’Africa50 et de son processus décisionnel rapide, il avait la capacité de répondre rapidement aux besoins de ses parties prenantes et pouvait déployer des capitaux privées et publiques tout au long du cycle de projets.
Après la cérémonie d’ouverture, les actionnaires se sont réunis pour une session à huis clos, où ils ont examiné les activités d’Africa50 en 2017, approuvé ses états financiers et engagé la direction dans sa stratégie à long terme. Au cours de la réunion, le Rwanda a rejoint officiellement Africa50, devenant le 26ème Etat actionnaire africain de l’institution.
Après deux années de fonctionnement, Africa50 est devenue un acteur clé pour aider à combler le déficit de financement des infrastructures du continent estimé à 108 milliards de dollars.
Le fonds a mobilisé plus de 850 millions de dollars en capital engagé auprès de ses actionnaires comprenant la Banque africaine de développement, 26 pays africains et 2 banques centrales.
Africa50 a réalisé des investissements importants dans un certain nombre de pays actionnaires, notamment en Égypte (centrales solaires de 400 mégawatts), au Nigeria (centrales solaires de 100 mégawatts dans l’État de Jigawa) et au Sénégal (centrale thermique à cycle combiné de 120 mégawatts).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here