Moody’s sceptique pour les banques ghanéennes

0

L’agence de notation, Moody’s, met en garde les banques ghanéennes contre « des périodes difficiles » cette année en termes de baisse des revenus. Une situation due à un ralentissement continu de la croissance des prêts bancaires et des avances en 2017.

Moody’s note que les prêts et avances ont juste augmenté de 5,9% en 2017, contre 18,3% en 2016 et 24,9% en 2015, dans son dernier rapport publié par l’agence de notation sur le secteur bancaire au Ghana.

“Nous prévoyons que la faible croissance des prêts réduira le chiffre d’affaires des banques ghanéennes, ce qui nuira à leurs ratios d’efficacité et à leur rentabilité”, a déclaré Akintunde Majekodunmi, vice-président et analyste bancaire chez Moody’s.

Pour rappel, les banques du pays ont considérablement élargi leurs portefeuilles de prêts en 2014 et 2015, soutenus par une croissance économique robuste. Cependant, l’environnement opérationnel du Ghana s’est considérablement détérioré en 2016, la croissance du PIB réel ayant ralenti à 3,5% contre 7,7% en moyenne

Le ralentissement de la croissance des prêts réduira les revenus d’intérêts provenant des prêts (44,9% du total des revenus en octobre 2017 contre 50,4% en octobre 2016) et des revenus de commissions et de commissions liés aux prêts, réduisant ainsi les recettes d’exploitation des banques.

Toujours selon Moody’s, les risques de concentration élevés continueront à aggraver les risques liés aux actifs des banques: les secteurs du commerce et de la finance, des services et de l’électricité, de l’eau et du gaz ont contribué à 61% du total des créances improductives en octobre 2017.

Toutefois, le ralentissement de la croissance des prêts devrait vraisemblablement freiner la formation de nouveaux prêts improductifs en 2018 et 2019, en raison du fléchissement des nouveaux prêts non testés dans le portefeuille global de prêts en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here