L’État de Côte d’Ivoire, Biokala SA (filiale de SIFCA) et EDF signent un accord tarifaire pour le projet de centrale à biomasse Biovea

0

Abidjan, le jeudi 30 novembre 2017 – L’État de Côte d’Ivoire, la société Biokala SA, filiale du groupe SIFCA, et la société Électricité de France (EDF) ont signé ce jour un accord tarifaire portant sur le prix de cession de l’énergie produite par la centrale biomasse Biovea, dans la région d’Aboisso, au réseau électrique ivoirien.

L’État de Côte d’Ivoire était représenté par M. Thierry TANOH, Ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, M. Adama KONE, Ministre de l’Économie et des Finances, Mme Anne Désirée OULOTO, Ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement Durable, M. Moussa SANOGO, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Budget et du portefeuille de l’État et son Excellence l’Ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, M. Charles GOMIS. Électricité de France (EDF) était représentée par Mme Marianne LAIGNEAU, Directeur Exécutif du Groupe en charge de l’International, et la Société Biokala SA par son Président David BILLON.

Initié en juillet 2012 par le groupe SIFCA à la suite de la signature d’un protocole d’accord entre l’État et sa filiale Biokala, ce projet vise à produire de l’énergie renouvelable à partir de biomasse en Côte d’Ivoire. En septembre 2014, SIFCA et EDF ont conclu un accord pour la construction et l’exploitation de la centrale.

D’une puissance de 46 mégawatts (MW), la centrale située à Ayebo permettra une production annuelle de 337 gigawattheures (GWH) à partir de 476 000 tonnes de biomasse collectée et exportable sur le réseau interconnecté.

« Ce projet répond à deux défis africains, et notamment ivoiriens : valoriser la biomasse générée par les activités agro-industrielles et répondre aux besoins en énergie dans un continent où le taux d’électrification est de moins de 40%. Mais ce projet permet surtout de générer un bonus environnemental en constituant une source de revenus complémentaires pour les planteurs de palmiers à huile, ce qui permettra de financer leur approvisionnement en engrais ou une assistance technique afin d’améliorer les rendements », explique David Billon, porteur du projet et Président de Biokala SA.

La construction de la centrale d’Ayebo, première centrale à biomasse en Afrique Subsaharienne utilisant des résidus de l’industrie agroindustrielle, est ainsi une véritable source d’économie circulaire et inclusive adossée à la filière du palmier à huile. Elle permet d’en moderniser la culture et l’ensemble du secteur agricole de la région d’Aboisso au service du renforcement des capacités du réseau électrique ivoirien, tout en préservant l’environnement. En Côte d’Ivoire, avec plus de 200 000 emplois réguliers, la filière huile de palme fait vivre près de 2 millions de personnes, soit 10% de la population.

Le projet Biovea contribue donc à une croissance inclusive de la région du Sud Comoé avec :
Plus de 100 milliards de francs CFA d’investissements (185 millions d’euros).
Une augmentation entre 5 % et 10 % des revenus de base des planteurs pour plus de 10 000 exploitants.
1 300 emplois créés dans la région du Sud Comoé.

Le projet Biovea permettra également de développer une filière énergétique et agricole durable grâce au recyclage de 13 500 tonnes de cendres de palmes riches en potassium au profit des cultures vivrières et des plantations de palmiers à huile. Il sera en outre au service d’une gestion respectueuse de l’environnement en offrant :
20 à 25% d’augmentation de la productivité agricole grâce à des plants sélectionnés pour leur haute teneur en huile.
1,6 million de tonnes de CO2 économisé par an.
Plus de 5 000 hectares affectés aux cultures vivrières.
Une protection renforcée des enclaves et de la biodiversité.

En s’inscrivant dans les lignes d’une production énergétique responsable, et au service d’une agriculture durable, circulaire et inclusive, le projet Biovea est fier d’apporter sa contribution à la modernisation économique régionale et nationale de la Côte d’Ivoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here