Bénin : Sébastien Ajavon inculpé pour faux, usage de faux et escroquerie

0

 

Après « l’affaire de la cocaïne » puis le redressement fiscal dont ses sociétés ont fait l’objet, Sébastien Ajavon  est de nouveau inculpé.  Cette fois ci, le chef du patronat béninois vient de se voir inculpé par un tribunal de Cotonou pour faux, usage de faux et escroquerie dans un dossier qui remonte à 2009.

Selon les motifs de la plainte, qui a été déposé par la direction des impôts, en 2009, Ajavon aurait bénéficié pour le compte de ses nombreuses sociétés des aménagements douaniers et fiscaux pour la réexportation de certains produits notamment des huiles végétales et des produits congelés au Nigeria.

A l’époque l’importation de ces produits étaient interdits par la législation du pays mais le « roi de la volaille » aurait obtenu un accord l’autorisant à réexporter ses produits sur le Nigeria avec à la clé, la garantie du remboursement de la TVA contre justificatifs.

Après plusieurs années d’activités et sur la base de cet accord, il a demandé à l’Etat le remboursement de près de 13 milliards Fcfa, ce qui a occasionné une action en justice qu’il a finalement gagné à la suite du contentieux intenté par le gouvernement de Yayi Boni.

Aujourd’hui c’est l’administration des impôts qui fait remonter le dossier en mettant en avant que certains justificatifs ou quittance soumis par l’homme d’affaires à l’époque pour ses activités et ses remboursements auraient été « falsifiés ».

C’est donc sur plainte des services des impôts que l’ancien allié du président Patrice Talon a été inculpé même s’il ne se trouvait plus depuis quelques temps au pays et reste donc libre pour le moment des mouvements.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, plusieurs sociétés appartenant à l’homme d’affaires se sont vu infligées un redressement fiscal record de près de 167 milliards de FCFA. Le dossier est toujours en cours d’instruction et cette affaire fait suite à une autre, celle dite de la cocaïne, dans laquelle Ajavon a passé des jours en prison pour soupçon de trafic avant d’être blanchi par la justice.