ob_0a1005_logo-officiel

Le Fonds Africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) a investi ces dernières années 1500 milliards de FCFA (environ 2 milliards d’euros) dans des projets en Afrique, selon son Président du Conseil d’Administration (CA), Papa Amadou Sarr. Il s’exprimait en marge de la 2e session extraordinaire du conseil des gouverneurs du FAGACE, tenue à Dakar (Sénégal) vendredi 9 novembre.

Le FAGACE est un instrument de garantie et de coopération économique qui accorde des prêts aux PME et PMI de ses Etats membres (14 pays). Il s’agit du Benin, Burkina-Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo Brazzaville, Cote d’Ivoire, Guinée Bissau,Mali, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénégal, Tchad et Togo.

« Le travail du fonds consiste à accorder des prêts aux PME et PMI aux  pays membres du Fonds mais aussi garantir les projets de ces Etats à travers les banques qui sont au sein de la communauté », a déclaré  le Président du CA du FAGACE.

Le Fonds compte doubler ou tripler au cours des années à venir ses investissements. « C‘est pourquoi, nous avons voulu faire cette session  extraordinaire à Dakar, en appelant les Etats membres à l’accompagner  pour soutenir le développement », dira  Papa Amadou Sarr.

Le FAGACE garantie et finance des projets qui luttent contre la pauvreté, l’assainissement, l’énergie, l’électricité, les télécoms, la micro finance et le soutien aux femmes. « Ces projets viennent de tous les pays membres qui se sont soumis au CA pour approbation ou demande directs de prêts ou à travers une garantie bancaire », a-t-il précisé.

Les financements du fonds proviennent des Etats membres. Mais, l’institution concrétise de plus en plus des partenariats avec les banques multilatérales de développement. Le FAGACE travaille déjà avec la banque islamique de développement (BID), la banque ouest africaine de développement (BOAD) et bientôt la BAD (banque africaine de développement).

L’objectif est d’augmenter  le  portefeuille  de l’organisation  pour plus de ressources afin de  faire face aux défis de garanties de tous ses Etats membres.

Cette institution financière internationale, spécialisée dans la promotion des investissements publics et privés,  a été créée le 10 février 1977 à Kigali au Rwanda. L’idée de la création d’un Fonds de garantie capable de répondre aux besoins des Etats est née de l’initiative des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’OCAM, ex Organisation Commune Africaine et Mauricienne dont le souci majeur était : de renforcer les liens de coopération et de solidarité des membres de l’organisation, de favoriser la croissance harmonieuse de leurs économies, d’offrir le maximum de sécurité aux capitaux étrangers et domestiques désireux de venir s’investir en Afrique.

Le bilan de ses interventions en faveur  des secteurs stratégiques de développement des Etats membres au 31 décembre 2012 ressortent à  294 milliards  de F CFA en garantie en faveur de 210 projets et 1200 milliards de F CFA de crédits mobilisés. Environ 270 projets ont bénéficié des interventions du Fonds. Le secteur privé reste le premier bénéficiaire avec une part de 70% des garanties octroyées. 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here