BAD-FAD: reconstitution réussie du guichet concessionnel africain

0

donald-kaberuka-afdb-presidentSur la période 2014-2016, le Fonds Africain de Développement (FAD) a été reconstitué à hauteur de 7,3 milliards de dollars EU. Ces fonds sont dédiés aux Etats africains n’ ayant pas généralement accès au guichet central de la Banque Africaine de développement.  Des millions d’Africains devraient ainsi bénéficier d’une amélioration de l’approvisionnement en énergie, des réseaux de transport, de l’alimentation en eau et de l’assainissement, de l’éducation et de la productivité agricole, indique le communiqué final émis le 26 septembre à la conclusion des travaux des 27 pays participants (dont quatre africains).

 

1 milliard de dollars dédié aux Etats fragiles 

Les participants sont convenus d’un montant de reconstitution de 7,3 milliards de dollars EU pour le cycle de 2014 à 2016, dont 1 milliard dédié à la Facilité en faveur des États fragiles. La reconstitution comprend 5,8 milliards de dollars EU en provenance des pays donateurs, ce qui représente une légère hausse par rapport à celle du FAD-12 (2011-2013). Plusieurs pays ont déployé des efforts notables pour assurer une reconstitution solide malgré un contexte budgétaire délicat.

 

20 millions de personnes raccordées à l’eau 

Le Fonds aidera à améliorer les conditions de vie de millions de personnes à travers l’Afrique. Sur la période couverte par le FAD-13, environ 20 millions de personnes devraient être raccordées à des services énergétiques fiables et abordables et 19 millions auraient un meilleur accès au transport ;  de plus, 7,5 millions devraient bénéficier de services d’alimentation en eau et d’assainissement ; 3 millions des opportunités de formation professionnelle et technique ; et 7 millions d’une productivité agricole accrue.

 

Satisfecit général 

« Je me réjouis vivement de ces engagements, qui interviennent sur fond de choix budgétaires difficiles, a déclaré Donald Kaberuka,  le président de la Banque africaine de développement. Ils constituent un signal fort de soutien à l’Afrique, ainsi qu’à la vision que porte la Banque pour une croissance inclusive et durable. Ils renforcent en outre notre capacité d’exécution de notre ambitieux programme qui s’articule autour des infrastructures, de l’intégration économique, du développement du secteur privé, en veillant plus particulièrement à accélérer l’égalité entre les hommes et les femmes et à relever les défis de la fragilité en Afrique. L’innovation demeure primordiale si l’on veut tirer le meilleur parti des ressources concessionnelles mobilisées aujourd’hui ».

 

 

Les pays bénéficiaires du FAD étaient représentés par des délégués de Côte d’Ivoire, du Ghana, du Kenya et du Malawi. Tous ont unanimement souligné la nécessité pour le Groupe de la Banque de « continuer à soutenir les efforts déployés par les pays africains pour faire reculer la pauvreté, promouvoir une croissance inclusive et améliorer les conditions de vie de leurs citoyens ». Reconnaissant que « le Groupe de la Banque africaine de développement mobilise les financements requis pour combler le déficit d’infrastructure qui coûte tant à l’Afrique en termes d’opportunités manquées et de PIB », ils ont souligné que « le Groupe de la Banque stimule notre ambition et notre croissance, et se tient à nos côtés, tant dans les moments difficiles qu’en période plus favorable ».

 


Benoît Chervalier, chef de l’Unité de mobilisation et d’allocation des ressources à la Banque africaine de développement
, a quant à lui déclaré : « Nous avons l’espoir qu’un plus grand nombre de pays africains seront capables de contribuer au Fonds, en particulier à mesure que les pays bénéficiaires du FAD opéreront leur transition vers le statut de pays à revenu intermédiaire ». Et d’ajouter : « Le continent est en train de prendre en main son propre développement ».

 

Directeur général du Trésor et gouverneur représentant la France au Groupe de la Banque, Ramon Fernandez a conclu sur ces mots : « Le Groupe de la Banque africaine de développement est un bien public régional qui joue un rôle unique, consistant à aider les pays africains à accomplir tout leur potentiel. Nul doute que le Groupe de la Banque africaine de développement mettra son avantage comparatif au service de la transition de tous les pays africains, dans leur cheminement vers une croissance durable et inclusive ».

Pour rappel, le  Fonds africain de développement (FAD) est le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD). Fondée en 19
72, il est devenu opérationnel en 1974. Le Fonds est administré par la Banque africaine de développement. Ses 27 pays contributeurs œuvrent en faveur de 40 pays en Afrique.

 

Encadré

 

À propos du Groupe de la Banque africaine de développement

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (http://www.afdb.org) est la première institution multilatérale de financement dédiée au développement de l’Afrique. Elle comprend trois entités distinctes : la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). La BAD est présente sur le terrain dans 34 pays africains, avec un Bureau extérieur au Japon, et contribue au développement économique et au progrès social de ses 53 Etats membres régionaux.

Pour plus d’information : http://j.mp/AFDB_Media

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here