En bloquant le deal géant Total -Anadarko, l’Algérie fait évoluer la jurisprudence africaine

0
Va-t-on vers une évolution de la jurisprudence en matière de cession des blocs miniers et pétroliers ? L’Etat algérien via la compagnie publique Sonatrach dit s’opposer au projet d’acquisition par Total des actifs d’Anadarko en Algérie.  C’est ce qu’a déclaré le ministre Mohamed Arkab, arguant de  « l’incompatibilité » de cette transaction avec la législation algérienne.  « En conséquence, Sonatrach exercera son droit de préemption sur les intérêts détenus par Anadarko en Algérie », précise un communiqué du ministère cité par  l’agence


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Nouvel utilisateur ?
*Champ requis